Revenir en haut Aller en bas


Forum RP / Manga / Contemporain / Fantastique
 

Partagez | 
 

 Ashidô Kanô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ashidô Kanô   Jeu 14 Avr - 0:07

Rappel du premier message :

Nom : Kano (狩能 Kanô)
Prénom : Ashido (雅忘人 Ashidô)
Surnom : "Le Sage de la Forêt Obscure" (Yami ni Môri no Sennin), "Le Saint à l'épée descendu dans les Ténèbres" (Yami ni Maiorita Kenseï), Saint du Sabre (Kenseï-sama), Hermit (par référence au jeu de tarot, et surtout car il vit en ermite dans la forêt des Menos), et autres variantes. Les Adjuchas l'appellent généralement "Ashido" ou "l'Hermite", sans titre de prestige, suffixe respectueux, ni aucune fioriture littéraire ou civilisée.
Age : Kanô est né à Heian-kyô (Kyoto) le 8 Mars de l'année 1537 (40ème année de l'ère Go-Nara), et est décédé lors du mois de Septembre 1561 pendant la 4ème bataille de Kawanakajima (5ème année de l'ère Ôgimachi).
Sexe : Masculin
Thèmes musicaux : Thème d'Ashido, Bleach Soundtrack ; Fullmetal Alchemist Brotherhood ost - "One is all. All is one" ; Shogun Total War 2 - "Beautiful Blade"
Faction : Neutre






Description Morale :

"Nous préférons tous vivre et il est tout à fait naturel que l'être humain se trouve toujours de bonnes raisons pour continuer à vivre, même après avoir perdu son corps pour devenir shinigami ou une âme en attente de réincarnation. Mais sur le champ de bataille, que l'on soit en première ligne ou non, nôtre devoir ne varrie pas. Nous devons utiliser au mieux nos talents afin de faire pencher la balançe de la victoire dans nôtre camp."
- Kanô Ashidô

Autrefois, quand il était un jeune shinigami, Kanô Ashidô était un plaisantin, qui aimait à se distraire par l'entraînement ou par des futilités afin d'oublier le paroxysme de l'horreur et de la férocité. Mais aujourd'hui c'est un homme grave, qui prend très au sérieux les dangers que représentent les hollows, non seulement pour les humains, mais également pour les shinigami et les âmes vivant dans la Soul Society.
Sa personnalité fût marquée par sa vie humaine, courte et fragile. Il était alors un jeune samouraï à l'avenir prometteur, mais il fût plongé dans l'horreur de la guerre. C'était une ère où les combats n'étaient pas "fair-play" mais meurtriers, implacables, une époque où le vernis de l'honneur et de l'héroïsme dissimulaient des combats bestiaux, fait au nom de l'orgueil, de la haine et de la cupidité. Ce n'était pas une guerre sale comme celle des deux Guerres Mondiales quelques siècles plus tard, certes. Mais c'était des guerres où les batailles se gagnaient au corps à corps, où l'on sentait de près le sang qui gicle et vous impregne entièrement, tandis que la lame s'enfonce largement, tandis que le seul moyen de survivre est de se laisser gagner par l'oubli, faire du meurtre un mécanisme froid. C'était une ère de guerres où le monstrueux et l'inhumain se cotoyaient de près. En particulier lors de la fameuse bataille de Sekigahara... Et surtout, la 4ème Bataille de Kawanakajima, la dernière à laquelle Ashido participa de son vivant.
La vision que cela lui a laissé de l'âme humaine est très sombre. Et bien qu'il soit devenu blasé et même parfois cynique, il garde espoir, non pas dans le Genre Humain, mais dans l'équilibre parfait du grand cycle de l'Univers, ce flux qui l'emporta jadis et qui continuent de l'emporter dans son courrant éternel. Cette confiance en lui-même et en la nature du cosmos lui permet de combattre sans peur, avec la bravoure d'un héros. C'est ce qui le poussera parfois à des actes intrépides, mais non-pas téméraires, tel que rester dans le Hueco Mundo pour affronter les hollows en première ligne. Au final, on peut dire que la mentalité de Kanô se rapproche beaucoup de celle des anciens bushi de l'époque Kamakura, plutôt que de celle de l'époque Sengoku.
Malgré son sérieux et sa concentration, il n'est pas qu'une brute et un guerrier. Il n'a pas oublié ce qui fait l'Humanité et les principes de la Civilisation. C'est pourquoi il chercha, lors de sa vie à la Soul Society, à gagner en raffinement par la Cérémine du Thé, la Calligraphie, la poésie, l'origami et la sculpture. Sans oublier d'exercer sa voix et sa respiration par le chant de morceaux de théâtre noh ou la récitation de sûtra. Lorsqu'un de ses compagnons meurt, il aimait à l'honorer par la conception d'une tombe, ou encore d'une statuette bouddhique (généralement Kanon-bosatsu ou Jizo-bosatsu), afin que le Bouddha l'accompagne dans le reflux et veille à sa réincarnation ou à son salut final. Kanô fait aussi cela pour les hollows, lorsqu'il en a le temps, car il ne voit pas ceux-ci comme des ennemis (pas même les Vasto Lordes), mais comme des âmes en peine, dont il aurait très bien put faire partie, et dont font parti bon nombre d'anciens japonais, y compris certain de ses frères d'armes samouraïs de l'armée Uesugi. C'est pourquoi Kano méprise inconsciemment les Quincy et assimilés, les voyant comme une menace à l'équilibre de l'univers. Le monde est tel qu'il est par ce qu'il doit être ainsi, c'est la meilleure façon de le faire fonctionner.
A cause de sa vision du monde, de son attitude souvent ascétique et de sa force mentale, Kanô s'est lui-même autoproclamé Kenseï (Saint du Sabre / Sabre Sacré, un titre de prestige), comme Robinson Crusoë se proclama gouverneur provisoire de son île. Il en parlerait souvent en riant s'il ne se trouvait pas tout seul dans le Hueco Mundo. C'est pour lui sa consolation pour la voie ascetique et désintéressée qu'il a choisit, sa consécration dans le métier de samouraï, un titre qu'il s'est accordé avec hésitation et après d'importants dialogues internes, à trois cent ans passés.
Mais aujour'hui, il ne faut pas oublier que Kanô est un bushi, très fidèle à celui qu'il considère comme son seigneur. Pour lui, le Roi des Esprits est un être flou et lointain, un dieu distant dont il ne doit pas se rapprocher et qu'il doit révérer. Mais c'est Yamamoto Genryûsai Shigekuni qu'il considère comme son suzerain, à défaut d'être son supérieur direct.


Description Physique :

"Afin de protéger les âmes humaines, et pour honorer le pacte fait avec les défunts, je suis demeuré en ces lieux, et j'ai combattu."
- Kanô Ashidô

http://yorunohime2.deviantart.com/art/Commision-Ashido-Kano-237239404?q=gallery%3Aclub-bleach%2F24304110&qo=1

Kensei est un homme de stature imposante et large d'épaule, bien qu'il ne soit pas très grand (les japonais font entre 1m55 et 1m70 en général). Il dégage une forte aura à la fois bienveillante et initimidante, comme seul en possède les sages. Mais il y a également, en arrière-plan, comme un odeur de mort, sans que l'on ne saurait dire si c'est par ce qu'il est, après tout, un shinigami, ou si c'est par ce qu'Ashidô a toujours été très proche de la mort.
Son visage est très particulier. Ses yeux gris sont la première chose que l'on remarque chez lui, comme s'ils happaient l'attention de son interlocuteur. Son regard est concentré, capable d'analyser froidement et efficacement ce qui se passe autour en l'espace d'un instant. Une impression de sérieux que renforce la forme bridée de ses yeux et ses sourcils penchés. Toutefois, il est parfois possible de distinguer dans ses yeux une lueur d'amertume, comme si ses yeux contemplaient quelque chose de lointain et d'invisible. C'est quelque chose qui lui donne un air triste, solitaire et mélancolique, mais altier également. Etant donné sa grande solitude, il a presque oublié comment sourrire et cela se ressent chez lui. Il ne parle peu dans un premier abord, quand il est en société, cherchant les mots et la façon de les prononcer, parfois pendant de longues minutes. Mais une fois la conversation engagée, ce vieil homme parvient à parler et s'exprimer plus librement et naturellement, comme si un poids avait été ôté de ses épaules.
Son expression, sa façon de se mouvoir et sa respiration - profonde et silencieuse - même évoquent un félin. Quand il se déplace furtivement, il arrive à effacer sa présence humaine de sortes que ses pas ne font aucun bruit (il utilise une ancienne technique de course furtive qui consiste d'une part à se glisser dans les angles morts des passants et d'autre part à courir sur la tranche des pieds, c'est pourquoi il ne porte pas de sandalles dans le Hueco Mundo, la technique est plus facile d'utilisation pieds nues qu'avec des zori ou waraji) et que si les conditions météorologiques lui sont favorables, les animaux ne remarquent pas sa présence.
Le visage d'Ashidô est celui d'un asiatique aux traits fins, mais quelque peu émaciés. Son front est couvert par des mèches de cheveux anarchiques, accentuant l'air sauvage et austère à la fois de son regard. Son nez est rond, petit et sans cassure, comme celui de la plupart des asiatiques, et ses lèvres sont charnues comme ceux d'une femme.
Kensei se souvient avoir eut jadis de longs cheveux noirs, attachés pour former un chignon. Maintenant, ses cheveux ont pris des reflets rouge bordeaux (Kanô dit "couleur sang séché", car il estime que le carnage est aller jusqu'à s'imprimer dans la façon dont il se considère lui-même et dont il voit son corps, au point que ses poils spirituels ont pris cette couleur bordeau comme le sang séché) et ont été coupés régulièrement. Dans un combat, beaucoup de choses peut arriver. Si ses cheveux venaient à être détachés, ils gêneraient ainsi sa vue et ses mouvements en se collant à son visage. Alors il les as coupés, par pragmatisme. A l'époque, une femme shinigami lui avait fait la remarque que cette nouvelle coupe de cheveux lui allait bien, mais lorsqu'il s'est perdu dans le Hueco Mundo, sa coupe est devenue plus anarchique, sauvage et négligée, si bien qu'il ne se souvient plus à quoi ressemblait exactement cette fameuse coupe de cheveux.
Le reste de son corps spirituel est très développé. De son vivant déjà, son corps avait été modifié par son maître afin qu'aucun muscle ne soit inutile. Et en effet, même s'il n'est ni grand, ni massif, sa musculature a été développée et entraînée. Sous son kimono, ses muscles sont saillants, solides, secs et déliés. Les jeûnes et disettes répétées, à cause du manque de provision dans la forêt Menos, l'ont rendus rachitique, mais sa force physique est restée la même qu’auparavant. Il s'y trouve aussi la marque d'une lance sur son ventre et les cicatrices laissées par une balle - fichée dans son épaule droite - et d'une flèche sous son mamelon gauche, toutes ces cicatrices ayant été reçues à Kawanakijma. Il y a également les marques de coups faits par des Hollows. Lorsqu'il s'entraîne à la Soul Society, Ashidô augmente le poids qu'il porte afin d'habituer son corps et d'améliorer sa vitesse et sa célérité de façon artificielle.
Dans son ermitage du Hueco Mundo, la guerre même est son entraînement. L'environnement hostile a renforcé son corps pour en faire un survivant et un prédateur, rapide, mortel et invisible. Son corps s'est donc grandement endurci. Ses pieds sont remarquable en la matière, puisque la plante en est désormais recouverte de corne, afin de pouvoir courir même sur un sol caillouteux et à la surface des arbres morts. C'est ainsi qu'il a acquis une endurance formidable, lui permettant de combattre énergiquement pendant plusieurs heures, malgré l'affaiblissement de son corps dût au manque de nourriture.
En résumé, si le corps de Shihôhin Yoruichi évoque un chat, alors Ashidô évoque davantage un tigre ou un puma.


Biographie


I - Un bushi parmi tant d'autres

"Ce monde est un bosquet obscur, où seul le fort peut survivre et où la faiblesse est intolérable."
- Kanô Ashidô

Kanô Ashidô était un samouraï affilié au clan Nagao, puis au clan Uesugi, dans la province d'Echizen. Né dans la province de Yamashiro, aîné d'une famille de quatre enfants, son père l'élève en lui donnant une éducation typique de samouraï paysan, avant de le faire entrer à 5 ans dans un dojo affilié au Tenshin-Shôden-Katori-Shinto-ryû, l'une des plus anciennes écoles d'arts martiaux japonais. Kanô se souvient aussi que sa famille descendait du grand héros Kiso Yoshinaka et de Tomoe-gozen, ce qui lui permettrais donc de rellier son lignage à Seiwa-tennô. Il est également un cousin éloigné de la famille d'artisan Kanô, dont l'école deviendra peintre officielle de la Cour du Shogun. A l'époque, les Kanô font en quelque sorte partie de la classe moyenne, leur revenu est stable, mais dépend du bon vouloir de la Nature. Alors pour augmenter les ressources de sa petite famille, son père, Kanô Chôjiro, participe à plusieurs missions plus ou moins clandestines pour le compte d'un riche marchand de Kyoto, plutôt que de s'enrôler dans une armée clannique ou dans l'armée du Shogun. L'une d'entre elles, la défense d'une résidence contre l'attaque nocturne de la secte ninja Iga Tsubagakure (qui n'envoya qu'un seule ninja), tourne au drame et à l'anarchie quand l'assassin est découvert. Il y eut sept morts et deux blessés, dont un enfant, victime malheureuse d'un conflit qui le dépassait. Sire Chôjiro périt en sauvant de justesse son employeur (le ninja eut un bras tranché et finit par périr d'hémorragie). Le dit employeur récompense la famille par une prime de dix ryô (une monnaie d'or) qu'ils utilisent pour moitié afin de quitter la région et de se mettre à l'abri de représailles éventuelles. Ils ont tout juste le temps de vendre leur petite propriété.

Le reste de la petite famille Kanô émigre dans la région de Mikawa, où un autre instructeur du Katori propose de le cacher, malgré que son père se soit livré à une activité quelque peu dégradante. Ashidô se consacre alors aux arts martiaux afin de faire quelque chose de sa vie, de devenir quelqu'un et de monter dans l'échelle sociale. Un de ses frères meurt entre temps d'une épidémie, suivie peu après de sa mère, affaiblie par le chagrin. Ashidô se retrouve seul avec son second frère et sa soeur, Kenji et Tomoko. Kanô Ashidô, quant à lui, cherche un emploi auprès du seigneur local, Matsudaira Motoyasu. Mais bien que la situation de ce clan tende à s'améliorer, il décide que celle-ci est trop instable (comble de l'ironnie !) et partira avec son frère pour servir le clan Uesugi, dont le jeune seigneur habile et charismatique l'impressionne grandement. Ashidô est alors âgé de 19 ans, Kenji est vieux de 17 ans, et vont devenir tout deux simples soldats - bien que leur équipement soit tout de même de meilleure qualité que la plupart des hommes du rang. En effet, ils se partagent ainsi leur héritage : l'armure de leur père va à Ashidô, le sabre devient celui de Kenji, car Ashidô s'en est procuré un autre dans une excellente forge Bizen. Lui et le forgeron baptiseront ce sabre "Nagare" (courant, onde, flux), qui aura lui-même son propre destin particulier.

Après avoir pourrit pendant près d'une semaine sur le champ de bataille, il sera récupéré par des pillards de champ de bataille qui le vendront à un samouraï du clan Takeda. Le sabre sera par la suite récupéré par un bushi des "démons rouges" de la famille Ii et continuera de traverser le temps après être devenu un objet de prestige sous le règne suprême du clan Tokugawa. Après la restauration Meiji il sera en possession d'un officier membre de l'aristocratie, avant d'échouer finalement entre les mains d'un simple soldat américain beauf et vulgaire à souhait, en tant que trophée confisqué. Nagare sera finalement restitué au Japon après que le crétin de fils du soldat se soit tranché un doigt en jouant avec (bien fait pour sa pomme). Son propriétaire original étant inconnu, il deviendra un "Akabaneto" et sera exposé dans un musée de Kyoto, où Ashidô aimerait bien aller lui rendre visite (du moins, s'il connaissait son emplaçement actuel).

Mais revenons en à Ashidô. Là-bas, nôtre jeune samouraï n'a pas vraiment le loisir de devenir célèbre, bien que son habileté au sabre soit nettement au-dessus de la moyenne de ses camarades, dont certain sont pourtant des vétérans endurcis par les multiples campagnes de Uesugi Kenshin. L'armée de Uesugi procède à plusieurs campagnes de pacification locale, avant de précipiter le conflit avec le clan Takeda, qui couve depuis des années. Ashidô a tout juste le temps de se marier avec une douce jeune fille vivant dans la région, Kaede, qui est apparenté de loin au général Naoe Kanetsugu, un vassal de haut rang de Uesugi Kenshin. Ils ont alors tous deux 22 ans, mais Ashidô n'aura guère le temps d'élever son enfant, dont il aura pourtant choisit le prénom, Shô. En effet, celui-ci naît la veille de son départ pour sa dernière demeure. La joie et l'intense fierté laissèrent place à l'amère résolution, et à l'implacable volonté de tuer.


II - Kawanakajima

"Je n'ai jamais su ce qu'était gagner du début à la fin, j'ai seulement compris qu'il ne fallait jamais être inférieur à la situation et cela est important."
- Uesugi Kenshin

La guerre clanique des Takeda et des Uesugi atteignit son paroxysme avec la très sanglante bataille de Kawanakajima 4ème du nom. Kawanakajima est une zone fertile de la province Shinano, situé sur les bords de la rivière Chikuma. La bataille eut lieu en 1561, elle engageait alors les 13 000 soldats de l'armée Uesugi, contre les 16 000 de l'armée Takeda. Dans cette bataille, les deux clans étaient décidés à lutter jusqu'à la mort afin de se départager une bonne fois pour toutes. La supériorité tactique ne signifirait plus rien, car plus aucun général ne se soucierait d'épargner les vies de ses soldats, de faire des prisonniers ou de minimiser les pertes. Des pertes en vies humaines qui furent terribles, s'élevant de 60 à 70% des deux armées (soit environ 19 000 hommes). Kanô Ashidô se trouvait dans la bataille au point le plus inégal, le lieu du sacrifice : afin de retarder le gros de l'armée composée de 13 000 samouraïs Takeda menés par Kosaka Masanobu, le général Amakasu Kagemochi devait tenir le guet sur la Chikuma avec seulement 1000 hommes, pour donner au seigneur Uesugi Kenshin suffisamment de temps pour prendre le quartier général Takeda. Malgré la bravoure inouie des soldats de Kagemochi - dont faisaient parti les frères Kanô - le combat était bien trop inégal. Ashidô se souvient d'avoir occis au plus fort de l'escarmouche pas moins de douze ashigarus Takeda et trois samouraïs ! Le combat était d'une férocité inhumaine. Mais le puissant général Kosaka Masanobu parvint à forcer le passage en piétinant jusqu'au dernier les soldats Uesugi.

Ashidô se souvient avoir été blessé par deux flèches, blessé au ventre par une lance puis éjecté dans la rivière par une ruade de cheval. Finalement, un samouraï Takeda descendit de monture pour décapiter le blessé avec son wakizashi et récolter le trophée, mais alors qu'ils étaient au prise au corps à corps, Ashidô réussit reprendre conscience puis à le noyer, avant de s'écrouler suite à ses blessures, le sabre court de son adversaire défunt enfoncé dans la poitrine.

Les berges de la Chikuma, le site de Kawanakajima, était devenu l'enfer sur terre. Les cadavres s'étendaient à perte de vue, entassés les uns sur les autres, la rivière et chaque brin d'herbes avait prit une teinte vermillon, qui n'était due qu'en partie aux rayons du crépuscule. Les survivants erraient, blessés et hagards, au milieu des moncaux de charognes. C'est dans ce contexte infernal que Kanô Ashidô allait entrer dans la Société des Âmes.


III - La Société des Âmes

"Il est dit que Miyamoto Musashi pleura inlassablement les morts de ses disciples en sculptant des statues de Bouddha. Moi ? Je ne fais cela que pour me distraire."
- Kanô Ashidô

Une fois mort, Ashidô se rendit compte qu'il y avait étrangement encore beaucoup de monde sur le champ de bataille, mais que des chaînes dépassaient de leur poitrines. Comme la plupart d'entre eux ne se souvenaient pas comment ils s'étaient retrouvés là, beaucoup d'entre eux continuaient le combat, comme de leur vivant. Malheureusement, la bataille de Kawanakajima avait aussi attiré beaucoup de hollows et de shinigami, les uns en quête de munition de bouche, les autres en quête de recrues et d'âmes réfugiées (les "plus"). Au milieu de cette anarchie totale, Ashidô brilla encore plus que de son vivant, en commençant par retrouver son frère dans la mêlée, lui aussi ayant périt.

Mais Ashidô se fît très tôt remarqué par un shinigami en combattant un hollow à coup de sabre (les morts étaient porteurs des mêmes équipement qu'au moment de leur trépas) grâce à un travail d'équipe avec son frère et deux soldats l'un Takeda et l'autre un ashigaru de l'armée Uesugi. Le Takeda s'appellait Baba Sadakatsu, et deviendra par la suite son meilleur ami. C'était justement l'homme avec lequel ils s'étaient entre-tués, mais après une période tumultueuse, ils finiront par fraterniser. Le shinigami les ayant "secourru", un certain Kyôraku Shunsui (qui, en vérité, buvait du saké en regardant le combat et en les exhortant comme s'il mattait un match de sumo ou un combat de Coq, jusqu'à ce que la situation tourne vraiment au vinaigre) les envoya à la Soul Society peu après leur avoir fait un petit topo pour expliquer la situation.

Là-bas, ces quatre compagnons emprunteront des chemins différends, mais se retrouveront assez rapidement. Kanô et Baba vont réussir à développer suffisamment de pouvoir spirituel pour entrer à l'académie des Shinigami. Le soldat Uesugi qui les avaient aidés ainsi que Kenji préfereront toutefois se réincarner, afin d'oublier les horreurs qu'ils avaient tous vécus à Kawanakajima. C'était en effet une épreuve terrible, et beaucoup d'âmes ayant vécues ces évènements préféreront être recyclés le plus vite possible plutôt que de continuer à les subir en mémoire, et les revivre à travers leurs futurs combats. Kenji en particulier était soumis à des cas de démence. Il lui arrivait de se retrouver en plein cauchemar à frapper dans le vide, victimes d'hallucinations lui rappelant cette furieuse bataille. Ashidô aurait lui aussi dût finir comme ça, mais il parvint à surmonter sa souffrance physique et morale grâce à l'entraînement de shinigami. Comme le lui avait dit jadis l'héritier du style Katori : "Entraîne toi toujours. Quand tu es triste, quand tu es en colère, lorsque tu perds le contrôle de tes sentiments. L'entraînement est la seule chose qui ne te trahira jamais."

Kanô devint, une fois de plus, un simple soldat, mais cette fois-ci dans l'armée royale du Gotei 13. S'entraînant et combattant aux côtés de son ancien ennemi mortel, Sadakatsu, qui finit par devenir son meilleur ami. Sadakatsu devient à l'époque 5ème siège, et Kanô devient 4ème siège de la 5ème Division (il estimait que c'est un honneur pour shinigami que de porter le numéro de la mort, contrairement à Ayasegawa Yumichika). Ils vécurent beaucoup de choses ensemble (pas toujours honnêtes) et devinrent très solidaires.

Kanô acquit pendant cette période de la vie sa vision du monde et de la vie, ainsi qu'un grand respect pour le Capitaine-Général Yamamoto, qu'il considère comme son seigneur (il l'appelle "Oyakata-sama" ou "Ue-sama" (ue : au-dessus), comme il appellait autrefois le grand Uesugi Kenshin). Ses rapports amicaux se développèrent également avec certains de ses frères d'armes.


IV - Retour au pays de Shura

"Les coups de gong de Gion Shoja se font l'écho de l'impermanence de toutes choses,
La couleur des fleurs de l'arbre sala révèle la vérité que puissances et richesses sont vouées à la perte et au déclin,
La fierté des hommes n'a guère davantage de durée que le songe éphémère d'une nuit de printemps."

-Le Dit des Heike

Jusqu'au jour ou les hollows attaquèrent la Soul Society en grand nombre. C'était une attaque coordonée en un lieu ou aucun officier supérieur n'était présent et ne pouvait intervenir rapidement. Mais l'attaque fût repoussée, et les shinigami de l'escouade de Kanô poursuivirent les dizaines de hollows qui s'enfuyaient par le portail. Ils ne comprirent que trop tard leur erreur. Acculés en "terrain de mort", sans aucune possibilité de battre en retraite, les courageux shinigami furent peu à peu taillés en pièces. Encore une bataille perdue pour Kanô Ashidô ! Mais heureusement, dans une bataille, contrairement à un duel, on peut compter sur ses frères d'armes pour tenir l'ennemi à distance pendant que l'on prend du repos. C'est ainsi que Sadakatsu, épuisé, fût attaqué par un hollow alors qu'Ashidô était occupé à tenir seul la ligne de front. Ashidô arriva trop tard pour secourrir son vieux compagnon d'armes, mais celui-ci était parvenu à emmener son adversaire dans la tombe. Il était mort comme un vrai dieu de la mort.

Et Kanô, lui, allait continuer de faire son office de dieu de la mort, ici, au plus fort de la guerre contre les hollows. Comme jadis à Kawanakajima, où il dut lutter seul contre des dizaines d'adversaires qui déboulaient de partout comme une vague irrésistible. Kanô les tua presque tous, jusqu'à se frayer un chemin sanglant dans les monceaux de Reiatsu en train de se désintégré et les hollows qui l'encerclaient de toute part, alors qu'il déviait les Cero à l'aide du masque du hollow ayant tué Sadakatsu. Cette percée redoutable lui permit de fuir le champ de bataille.

Par la suite débute la plus longue période de la vie de Kanô, et c'est ainsi qu'il gagnera ses divers surnoms aux airs de légende épique. L'héroïque shinigami deviendra vite une sorte de Robinson Crusoé, apprivoisant dans la mesure du possible son environnement. En outre, une fois sa situation stabilisée, il érigera lui-même un mémorial sur le site de la bataille où ses camarades shinigami étaient tombés en faisant leur devoir. Il grava leurs noms sur chaque pierre tombale, et sculptera également une statue de Kannon-bosatsu dans l'écorce d'un des arbres, le plaçant dans une niche à proximité de sorte à ce qu'il soit tourné vers le mémorial et les tombes pour l'éternité - ou presque (c'est à dire jusqu'à ce que quelque féroce combat ne détruise tout, ou bien qu'un hollow doué d'une intelligence maligne et d'une méchanceté innée, se mette à profané les tombes).

Son long combat en première ligne, qui le verra complètement oublié de la bureaucratie du Gotei 13, sera une très longue guerre d'usure, faite de harcèlements et de changement de position réguliers. Son adversaire principal, un puissant adjuchas nommé par Las Noches le "Gardien de la Forêt" lui mènera la vie dure, mais comptera essentiellement sur la loi de la Jungle pour venir à bout de l'intrus, et ce bien qu'il s'affronteront en tout à cinq reprises, des combats essentiellement tactiques, chacun essayant de survivre plutôt que de tuer l'autre par une prise de risque importante. Cette paresse de la part du hollow, cette négligence, le mènera finalement à sa perte, peu après l'arrivée de Rukia. Les deux shinigami n'auront alors aucun mal à venir à bout de la vile créature.

Finalement, après avoir accepté l'idée de rentrer à la Soul Society, Kanô se retrouvera définitivement piégé à l'intérieur de la Forêt Menos. Il se battra à mort avec une grande férocité contre des forces supérieures en nombre et survivra, tuant au passage un Adjuchas supplémentaire et 8 Gillians, avant de regagner son repère pour lécher ses plaies, et cherchant un nouveau plan d'action pour remédier à sa situation immédiate.


V - Guerre Eternelle

"On dit qu'un individu dont la tête vient d'être tranchée, peut encore faire certains gestes. Cette histoire est rapportée par Nitta Yoshisada et Ono Moken. Comment un homme peut-il être inférieur à un autre ? Mitani Jokyu disait : « Même quand un homme est malade à mourir, il peut survivre deux ou trois jours de plus »."
- Hagakure

"Voyez ces vestiges désolés, débris du rêve, d'une obsession, ne semblent-ils pas habités par ces morts qui l'ont anéantis ? Ils ont empruntés la voie des démons, celle qui mène au pays du carnage. Jadis ou maintenant, rien ne change."
- Kumonosu-jo


La fin du conflit militaire et politique avec le traître Aizen Sosuke fût remarquée par Kanô comme une nette diminution du nombre d'Adjuchas et l'affaiblissement stratégique et tactique des Hollows. Kanô se freiya une sortie en utilisant d'une part des kidô et d'autre part les cero des menos, afin de creuser un trou dans le plafond de la forêt, qu'il utilisa ensuite pour partir rapidement. Dehors, Ashidô mit la main sur un des Adjuchas qui se rassemblait près de Las Noches afin de décider de leur nouvelle politique officielle, et apprit ainsi la situation, en espionnant leur rassemblement et en capturant un adjuchas isolé qu'il contraignit à se mettre à table en usant de la torture. Après quoi, Kanô le purifia avec son Zanpakuto et prit le chemin du retour dans la Soul Society. Cela faisait très longtemps qu'il n'était pas sorti dans le monde extérieur. Il voulait prendre des nouvelles du monde des vivants et de celui des morts. Tout ce temps passé dans le Hueco Mundo l'avait privé d'un grand nombre de choses, y compris de plaisir simple et de... présence féminine.

Kanô n'avait plus couché avec une femme (ni même vu une femme) depuis la veille de son départ de la Soul Society. Il avait bien vu Kuchiki Rukia dans le Hueco Mundo, mais avait sut se retenir et se comporter en gentilhomme, bien qu'il avait été un peu rude, ce dont il se rendit compte après coup. Par ailleurs, celle-ci n'était pas vraiment à son goût, très loin des anciens canons esthétiques japonais, et pas non-plus spécialement attirante selon les canons récents. Kanô avait bien le souvenir d'une certaine Unohana Retsu, d'une beauté discrète et élégante, mais dotée d'une personnalité on ne peut plus charmante. Ashidô avait certainement attrapé le syndrome du fantasme sur l'infirmière, typique des soldats blessés, mais il est trop vieux jeu pour le reconnaître. Sauf peut être envers ce bon vieux Kyoraku Shunsui, bien sur. Cet homme là aussi lui manquait un peu, lui et son comparse Ukitake Jûshiro étant très appréciés dans la Soul Society. Car lorsque l'on vieillit, on a tendance à accumuler souvenirs et babioles, Ashido était tout excité à l'idée de se rapatrier, et triste à la fois de quitter son ancienne retraite dans le Hueco Mundo.

Ce fût en fin de compte une grande surprise anarchique qui l'attendait. Or, Kanô Ashidô no kami déteste les surprises.


Nom du Zanpakutô : Nagare (流れ "Courant, Flux"). Le Bankai se nomme Nagareboshi (流れ星 "Etoile Filante).
Type de votre Zanpakutô : Maléfice
Description du Zanpakutô :

-Scellée : Sous cette forme, le zanpakutô ressemble à un katana à la lame brillante et finement polie, sans aucun défaut de forge. Le sabre est ornementé de tsuba et kashira en or terni. Fait intéressant, Kanô n'a généralement pas besoin de désceller son zanpakutoh pour purifier un ou deux menos de niveau gillian. A noter également que son Zanpakutoh subis un usage intensif dans la Forêt des Menos, et que par conséquent celui-ci est abîmé en de nombreux endroits, qui se régénèrent assez lentement (le coton sur la poignée est usé, le tsuba est cassé sur un des angles, la laque du fourreau est en loque, etc, seule la lame est intacte).
Mesures : Nagasa : 2 Shaku et 6,4 Sun (environ 80 cm) ; Sori : 8,7 Bu ; Nakago : 6,4 Sun ; Moto-haba : 9,8 Bu ; Saki-haba : 6,3 Bu.


-Aspect matérialisé et monde intérieur : le monde intérieur d'Ashidô est un endroit pour lequel ses sentiments sont très mitigés. Par ce que ça lui rappelle à quel point il est immergé dans l'enfer des combats inifinis, Shura, la voie du carnage. Il s'agit en effet d'une réplique exacte du site de Kawanakajima tel qu'il était avant la 4ème bataille, figé dans un crépuscule éternel. S'y trouve également un cerisier perpétuellement en fleur, près de l'endroit où les frères Kanô et Baba Sadakatsu sont morts.
Le zanpakuto prend quant à lui l'aspect de Kanô quand il était samouraï. Un homme de stature imposante, portant une armure do-maru noire, avec un kabuto surmonté d'une décoration en forme de tengu et un menpo, et portant un katana à son côté. A noter que la matérialisation de Nagare possède des cheveux noirs et très longs, coiffés en chignon sous son casque, contrairement à Kanô, qui a les cheveux rouges depuis sa mort à Kawanakajima.


-Shikai : "Comprends le Flux !" (Rikaisuru, Nagare).

Sous cette forme, la poignée est faite en bois d'ébène, et le coton de son tressage est d'un blanc pur. Examiner la lame de près permet de remarquer que la couleur précise de l'acier entre la partie "ji" et la partie "ha" est d'un bleu pourpre, signe d'effiscience et de grande qualité. Toutes traces d'usures disparaissent et il reprend la forme qu'il avait autrefois, celle d'un katana gracile, affûté et finement poli, à tel point qu'il semble transparent et reflète les rayons des astres à la perfection. Sous les rayons du soleil, Nagare prend un aspect blanc lumineux. Sous ceux de la lune bleue et des étoiles, la lame de Nagare brille comme un saphir. Lors des couchers de soleil, le katana brille comme une flamme vive. Il suffit à Ashidô de brandir sa lame dos au soleil ou à la lune pour donner l'impression que le ciel se fend d'un chemin vers le Paradis. En conséquence de quoi, c'est une lame magnifique, l'un des plus beaux de la Soul Society. Enfin, si on venait à enlever la poignée, il serait possible de constater, inscrit dans la soie du sabre, le nom et l'école du forgeron, la date de forge, ainsi que la mention "lame affiliée à la lignée Kanô, qu'elle ne doit pas quitter". Ces gravures se trouvent aussi sous la forme scellée du Zanpakutoh.

Nagare ne ralentit pas le monde, mais accroît la perception et la compréhension que son shinigami en a, ce qui revient à peu près à ralentir le cours du combat. Kanô perçoit toutes choses comme si le temps s'écoulait deux fois moins vite, et donc, les mouvements sont ralentis eux aussi, mais aux yeux de Kanô seulement (la vitesse réelle ne change pas, même s'il s'en accomode très bien la plupart du temps). Kanô perçoit également plus aisément les fluxtuations de reiatsu, ce qui peut lui permettre de trancher l'air afin d'empêcher une flamme de s'allumer ou un éclair de frapper, ou encore de percevoir une illusion et de s'en émanciper plus facilement.


Techniques :

"Quand on tranche un homme, cela procure la même sensation que de trancher une serviette humide. Si le coup est correctement effectué, on ne sentira presque rien. Il arrive aussi que la lame se coince dans un os, mais cela fait suite à des coups imprudents ou désaxés lors d'un combat. Quand cela arrive, c'est très difficile pour un novice de la débloquer, en fait le secret réside dans une torsion du poignet et un coup sec et décontracté. Quand on à compris cela, trancher et débloquer une lame devient chose naturelle, tout comme se servir de ses mains et retirer un doigt coincer dans une porte.
- Kanô Ashidô.

On prétendit autrefois à la Soul Society que Kanô Ashidô a étudié le style Itto-ryû original ainsi que le Battojutsu avec Hayashizaki Jinsuke Shigenobu, le pionnier du Iaijutsu. Ce n'est pas tout à fait vrai. Il a bel et bien rencontré Hayashizaki, mais s'ils ont fait une passe d'arme ensemble, celui-ci était son cadet de 5 ans et n'avait sans doute même pas encore imaginé la création du iaijutsu. Ensuite, Itto Ittosai est né en 1560, soit juste une année avant la mort d'Ashidô ! Ashidô a également laissé entendre qu'il avait étudié le courrant Chujo-ryû fondé par Toda Seigen et enseigné à Kanemaki Jisai, le maître d'Itto Ittosai. Une histoire complètement loufoque le préntendit maître du Gyo-ryû, un style dont Kanô n'a même jamais entendu parler. Enfin, une dernière rumeur prétend qu'Ashidô a été étudiant du Yagyu Shingan-ryû, l'école qui pendant l'ère Edo était chargée d'enseigner les arts martiaux à la Garde Impériale. En réalité, rien de tout cela n'est vrai, puisque Kanô était un étudiant avancé du Tenshin Shôden Katori Shinto-ryû. Kanô a lui-même fait courir ces rumeurs pour que personne ne sache exactement quel style il utilise... juste au cas où. Et cela bien qu'au final, il serait plus juste de parler du style de Kano comme d'un Ga-ryû (style personnel), puisqu'il possède aussi les techniques shinigami.


Shinigami-dô :

-Zanjutsu : l'expertise au sabre de Kanô est notoire, notamment grâce à son style Katori complété par ses études à l'académie Shinigami. Mais Ashidô n'est pas simplement rapide. Il a aiguisé sa conscience, son intuition et sa perception du monde afin d'agir, de réagir et de frapper au bon moment. Il a donc aussi de très bons réflexes de combat.
-Shunpô : afin de parfaire ses techniques de combat, Kanô a essayé de profiter au maximum de sa nature shinigami et tente de parfaire son shunpo au niveau de celui d'un capitaine. Avant, Kanô s'estimait être un bon cavalier, mais il trouve que c'est mieux de ne pas dépendre d'une monture (Kanô s'en fout de l'exhaltation d'une charge, ou du prestige qu'un bon destrier confert).
-Bakudô : Kanô a une connaissance basique du Bakudô, mais ne l'utilise pas beaucoup. Ce n'est pas son "genre", s'il veut immobiliser son adversaire, il lui tranche les tendons, en général. Sinon, il préfère laisser faire un pro.
-Hadô : Kanô a une connaissance assez moyenne du Hadô (sorts 1 à 31).


Tenshin-Shôden-Katori-shinto-ryû :

Bien qu'il n'ait pas eut le temps de maîtriser toutes les techniques et préceptes de cette école, il y fût intégré très jeune et passa beaucoup de temps à y étudier. Depuis, l'influence des techniques de combat des shinigami a beaucoup modifié sa façon de combattre, mais les bases du Katori sont profondément imprimées en lui, de même que les techniques le sont dans sa mémoire. Kanô Ashidô avait atteint le rang de disciple avancé dans l'école Katori, si bien qu'il en ignore tout de même beaucoup de techniques, et qu'il est loin de détenir les arcanes du style.

-Expertise au sabre (Kenjutsu et Iaijutsu) : Kanô Ashidô est devenu un maître du sabre. De son vivant, il était doué, et a perfectionner ce qu'il avait appris de son style après la mort. C'est de loin le domaine où il est le plus à l'aise. Apprendre certaines techniques et bottes secrètes lui a fallu jusqu'à une quinzaine d'années, et deux cent tests sur des hollows.

-Ryôtojustu (techniques à deux sabres) : Kano est bon au maniement de deux sabres simultanés, utilisant l'un pour frapper et l'autre pour se défendre, et surtout pour combattre plusieurs adversaires en même temps. Toutefois, Kanô n'utilise plus vraiment le Ryôtojutsu (jusqu'à ce qu'il entre en possession des masques de hollows), puisque son zanpakuto n'a qu'une seule forme. Toutefois, lorsqu'il combat sérieusement en duel, Kano utilise toujours un seul sabre.

-Bojutsu (techniques au bâton) : Kanô a complètement délaissé cette branche martiale, mais il lui arrive parfois de s'en servir s'il est désarmé, ou pour "jouer" lors d'un combat qui n'est pas sérieux (comprendre à mort), avec un autre shinigami.

-Sojutsu & Naginatajutsu (techniques de lance, pique et hallebarde) : Kanô a complètement délaissé ces deux branches martiales, mais il lui arrive de s'en servir avec un bâton (un bâton peut être simultanément un sabre, un yari ou un naginata).

-Shurikenjutsu (techniques au shuriken) : Kanô a délaissé cette branche martiale depuis qu'il est un shinigami, mais il peut toujours réserver une surprise à un adversaire imprudent (un shuriken dans l'oeil ou dans la gorge ça fait mal et au pire ça gêne les mouvements pendant le combat avant de causer une mort par hémoragie). Surtout qu'en général, les shinigami ne s'attendent pas à être attaqués par des armes "primitives", mais plutôt par des techniques et pouvoirs de shinigami.

-Ninjutsu (techniques d'espionnage et furtivité) : Même sans utiliser le shunpo, Kanô est très discret quand il veut. Il s'entraînait autrefois en allant matter les femmes shinigami, car à son époque il y en avait une qui avait des connaissances en Shikujojutsu et en Hadô, de sorte qu'elle arrivait à fabriquer des pièges pour interdire l'accès aux bains et aux vestiaires (il justifie ça en disant qu'il concilie le loisir, le plaisir et l'entraînement en groupe, puisque ça "entraîne" aussi les femmes qui se font espionner).

-Senjutsu (Stratégie et Tactique Militaire) : Kanô est familier de classiques militaires chinois anciens, il connaît certains passages par coeur et les récite quand il se sent seul. C'est donc à la fois un bon théoricien militaire et un tacticien expérimenté.

-Shikujojutsu (Construction de Fortifications et Techniques de Siège) : Kanô est capable d'établir un camp fortifié au besoin, où même de reconnaître un emplaçement pour établir un camp, voire construire un château. Ca ne lui est pas très utile à la Soul Society, mais ça l'a été lorsqu'il s'est perdu dans la forêt des Menos.

-Jiujutsu : Quand il est désarmé, Kanô sait très bien se battre à mains nues. L’excellence dans le sabre, qui utilise nombre de mouvements en communs et les mêmes principes physiques, lui permet de donner le change pendant un moment quand il combat à mains nues. C'est par conséquent un combattant d'expérience, capable d'employer des prises et saisies ou des mouvements d'interception.



*****



Prénom ( facultatif ): Longzi

Age: 13 milliards d'années.

Expérience Rp: De 6 à 9 ans, me souviens plus exactement.

Comment avez vous connu le forum: La Volonté du Ciel... ? Smile

Code du règlement: VALIDEE PAR YUI


Dernière édition par Ashidô Kanô le Mar 25 Oct - 23:47, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Mer 27 Avr - 11:55

Précision : par carburant, j'entends au sens large. Les flammes de Yamamoto ne font pas que brûler du reiatsu, elles s'alimentent nécessairement en consumant la matière qu'elles brûlent. De même, elles ne semblent pas provenir du néant, la combustion est amorcée par le reiatsu, mais ça m'étonnerait que Yamamoto puisse créer un soleil miniature et le fasse flotter dans le vide.
Quant à Hitsugaya bah... Tu sais, lui il s'en fout un peu, il doit seulement étendre son reiatsu façon tentacules pour provoquer le refroidissement dans l'air et se servir de l'humidité ambiante. Pour ça qu'il est tellement sûr de lui...


Citation :
même si son personnage a quelques centaines d'années d'escrime derrière lui, il prendra quand même quelques attaques sur lui.
A titre d'exemple... Dans le jeu vidéo Sword of the Samurai, j'ai joué plus d'un millier de duels et vaincu davantage d'adversaires encore. Mais quelque soit mes efforts, je n'ai jamais réussis à créer un 100% de chances de succès (dans le milieu des arts militaires, le 100% est encore plus fictif que le droit d'auteur en chine ancienne) et tous mes trois personnages (un sévère bushi du style Onoha-itto que j'ai utilisé comme testeur du jeu, un jeune bushi sobre et décontracté du Tatsumi-ryû qui m'a servi de perso favoris et une jolie jeune femme samouraï du style Shinto Munen dans le genre de Tomoe-gozen, qui est la moins aboutie des trois) sont morts au moins deux fois (sans compter les KO lors de match d'entraînement et combats officiels au bokuto) en général dans les matchs à morts clandestins quand j'essayais de battre un record de prise de têtes ou dans la bataille finale contre Miyamoto Musashi (combat incroyablement féroce, technique, rapide et mortel, soit dit en passant), rarement contre les Kengo car j'avais l'occasion d'étudier leurs styles pour les tuer en un seul assaut par la suite.

Je suis donc d'accord avec cela, dans la mesure où je ne suis pas de niveau "maître", mais tout de même, affronter un véritable maître en arts martiaux est suicidaire et superflu pour la moyenne des combattants, même sans parler des gros bourrins en puissance comme Aizen, Unohana, Kenpachi et Yamamoto. La plupart des gens sont complètement inconscient de la puissance des arts martiaux, ils ne font que voir les pâles imitations télévisuelles ou les démonstrations faites par des écoles pour attirer des disciples. A titre d'information/prévention, certains artistes martiaux peuvent tuer en un seul coup un humain moyen (le fondateur du karaté Kyokushin-kai s'entraînait contre des ours japonais et des taureaux, de même les coups de Bruce Lee étaient trop rapides pour être filmés par une caméra quand il y allait sérieusement), il existe même certains styles qui permettent de causer une mort naturelle artificielle et quasi-instantanée... Je sais aussi qu'il y a au moins une attaque d'arts martiaux interne mortelle qui ne laisse aucune trace et ne peut pas être découverte par autopsie, et qui est donc potentiellement l'arme ultime du tueur en séries fantôme (à moins qu'un tribunal admette que le fait qu'il n'y ait aucune preuve soit une preuve en soit... ce qui n'est pas gagné, pas vrai ?). Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Mer 27 Avr - 14:58

Seulement voilà, les persos incarnés ici, sauf mention contraire de leur joueur (car on peut très bien jouer un personnage "faible" au combat) , ne sont pas de "la moyenne des combattants". Ça, c'est plus la majorité des shinigamis du Seireitei, qui servent dans les divisions avec un simple zanpakuto sans pouvoir. Les persos joués sont ainsi au dessus de la masse d ces combattants, comme toi. Et ton personnage aura beau être un spécialiste du combat au sabre, il n'en part pas forcement favori. Il a un point fort, c'est tout. Les autres ont leur propre point fort. A voir ensuite comment chacun l'utilise et puis surtout, comme il n'y a normalement pas d'arbitre pour juger votre match, les combats se finissent selon ce qui est le plus intéressant pour la suite de l'histoire. Du coup la puissance des arts martiaux ou autre passent après ce genre de considérations. Sans parler que l'autre en face en a aussi la maitrise, des arts martiaux, ca fait parti de sa formation s'il est shinigami tout du moins. Donc oui, contre du simple humain sans pouvoirs, tu peux gagner presque à coup sûr, mais le monde des shinigamis, arrancars et autres, le niveau est tout autre! ^^

Quand au feu de Yamamoto, désolé mais si tu me trouves le "carburant" de ses flammes autre que le reiatsu quand il fait sa cage de flammes pour Aizen en plein ciel, tu m'appelles. L'air ne forme pas encore un carburant naturel que je sache, il attise seulement les flammes. Et de toute façon, si on cherche une façon naturelle à chaque pouvoir shinigami, on a pas finit (les cendres de Matsumoto, les boules explosives d'Hinamori, ect...). Ce sont de toute façon des pures productions de reiatsu, juste que quelques unes s'appuient en plus sur des éléments naturels comme Toshiro.


Bon, la correction complète de ta fiche arrive ce soir du coup normalement! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Jeu 28 Avr - 3:28

Comme du, voici donc l'analyse complète de ta fiche, enfin! ^^

Dans l'ordre donc, commençons par le caractère. Evidement, vu ce que l'on connait de Kano, tu pouvais extrapoler pas mal. Mais juste deux choses me gênent au final.
D'abord le "il chercha à gagner en raffinement par la Cérémine du Thé, la Calligraphie, la poésie, l'origami et la sculpture". AU vu du contenu des planques de Kano, de son mode de vie en plein territoire ennemi ou la nourriture est déjà un luxe, je ne pense pas que le raffinement soit vraiment une recherche pour lui.
Deuxièmement le "Kanô s'est lui-même autoproclamé Kenseï (Saint du Sabre, un titre de prestige)". AU vu de la vie qu'il a choisi et du dévouement dans sa tache, sans la moindre recherche de reconnaissance, je vois mal Kano se choisir lui-même un titre, qui plus est prétentieux. Il est au delà de tout cela je dirais.

Pour le physique, je vois mal en quoi une simple pensée et conception de sa part à fait que le reiatsu de son corps a modifié de lui-même ses cheveux. C'est certes poétique en diable mais on a jamais vu un tel phénomène dans Bleach et puis l'anime nous montre Kano avec les cheveux rouge à la base il me semble! ^^
Après quelques exagérations avec le fait de durer 4 heures en combat sans interruption, que les animaux même ne le remarquent pas (tu oublies d'ailleurs la gestion du vent dans tes déplacements). Dit juste qu'il a une bonne endurance et qu'il sait se faire discret et furtif, c'est déjà bien! ^^


Concernant l'histoire....pour la partie humaine, pas de soucis, à part peut être étrange qu'un simple soldat en manque de moyens arrive à se faire faire dés son installation un aussi bon katana. Pour la partie décès, pourquoi pas sur la présence de Shunsui, lui aussi peut se remuer les fesses des fois, on va dire que sa vice-capitaine de l'époque l'y aura obligé! Par contre moins d'accord pour que vous vainquiez un hollow par vous même, même à 4. Vous restez à ce moment là de simples âmes, sans pouvoirs, et un sabre ne suffit pas alors à pourfendre un hollow. Vous venez en plus tout juste de mourir et apprendre à agir correctement avec cette apparence enchainée est loin d'être facile. Que vous arriviez à résister par contre, pourquoi pas, jusqu'à ce que Shunsui vous vienne en aide du coup.
Pour la réincarnation, un seul détail à changer selon moi, le "choix" de chacun de se réincarner ou pas. Je ne pense pas qu'on demande leur avis aux âmes, soit elles ont obtenues le "niveau" nécessaire pour aller à la Soul Society soit elles repartent pour une existence sur Terre, sur tel ou tel critère mais je pense pas qu'on leur laisse choisir, cela doit se passer au moment de la cérémonie de passage de l'âme, soit elle réapparait à la Soul Society soit elle repart pour un tour....Ce qui ne change rien en substance à ton récit, juste un détail de toute façon.

Le reste me semble aller, donc une fois modifié tout ceci, cela devrait rouler comme sur des roulettes! ^^





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Jeu 28 Avr - 13:19

Citation :
Après quelques exagérations avec le fait de durer 4 heures en combat sans interruption, que les animaux même ne le remarquent pas (tu oublies d'ailleurs la gestion du vent dans tes déplacements). Dit juste qu'il a une bonne endurance et qu'il sait se faire discret et furtif, c'est déjà bien! ^^
Le fait de combattre pendant 4 heures n'est pas du tout exagéré. Dans certaines écoles Koryû, il y a une épreuve / examen qui dure 4 heures sans interruption, où l'on pratique les kata du style. C'est une épreuve de test d'endurance et de technique pour les hauts gradés (les "dan"...)
Pour les déplacement furtifs, ça veut dire aussi qu'il sait masquer sa présence. Les animaux, les aveugles et ceux qui fonctionnent à l'intuition sont capable de lire et sentir l'aura des gens, en particulier quand elle est agressive. C'est une technique essentielle aux ninja pour les déplacement en campagne et embuscades (sinon, il y a des vols d'oiseau, etc qui donne la position du shinobi). Donc oui, ça revient à peu près au même.


Citation :
Concernant l'histoire....pour la partie humaine, pas de soucis, à part peut être étrange qu'un simple soldat en manque de moyens arrive à se faire faire dés son installation un aussi bon katana.
Les katana, à l'époque, étaient réservés à la noblesse (buke et kuge), mais ils n'étaient pas considérés comme une marchandise dans le sens actuel. Le sujet de l'argent était tabou en quelque sorte, l'avidité et la cupidité sont traditionnellement des défauts de "vil marchand" dans les sociétés confucéennes. C'est pourquoi les katana étaient vendus par la femme du forgeron, généralement, car la femme gérait l'économie du foyer (hyper dangereux à faire de nos jours, à cause du "shopping"... XD), et le forgeron lui-même ne parlait pas du prix de vente, à moins d'être veuf ou célibataire. A cause de cette réticence pour le commerce, les katana et tachi étaient vendus environ 5 ryô (à moins de rajouter des incrustations en or et pierre précieuses, forcément...). Le ryô est une monnaie d'or, un ryô vaut globalement un koku, soit du riz en quantité suffisante pour nourrir un individu une année entière.
En d'autres termes, les artisans ne vendaient pas leurs produits avec un nivellement du prix en fonction de la qualité, l'idée c'était de suivre les règles de l'école pour faire du mieux possible.
Les écoles avaient aussi tendance à fournir une certaine subvention aux disciples dans le besoin, lorsqu'elles étaient rémunérées par un seigneur en tant qu'école officielle.


Citation :
Vous restez à ce moment là de simples âmes, sans pouvoirs, et un sabre ne suffit pas alors à pourfendre un hollow. Vous venez en plus tout juste de mourir et apprendre à agir correctement avec cette apparence enchainée est loin d'être facile. Que vous arriviez à résister par contre, pourquoi pas, jusqu'à ce que Shunsui vous vienne en aide du coup.
Objection retenue, maître Hawtness. Les hollows sont-ils insensibles aux armes humaines normales ? (je demande juste comme ça, pour précision bonne à savoir)


Citation :
Pour la réincarnation, un seul détail à changer selon moi, le "choix" de chacun de se réincarner ou pas.
C'est de ma faute, je ne fais que le suggérer. Mais à ton avis, comment un samouraï décide de passer dans l'autre monde quand il en a marre de celui-ci ? Neutral
Je suis parti du principe que la mort sous forme d'âme entraînait l'accélération du processus de réincarnation par un jeu kharmique.


Citation :
Pour le physique, je vois mal en quoi une simple pensée et conception de sa part à fait que le reiatsu de son corps a modifié de lui-même ses cheveux. C'est certes poétique en diable mais on a jamais vu un tel phénomène dans Bleach et puis l'anime nous montre Kano avec les cheveux rouge à la base il me semble! ^^
L'anime nous le montre avec quelque chose qui m'exaspère parfois dans les anime, une teinte de cheveux irréelle. Toutefois, ses cheveux sont assez rouge sombre pour que certains y voient des cheveux bruns (l'histoire des points de vue sur les couleurs). J'ai concilié en disant que ses cheveux étaient bruns avec des reflets ou une teinte rouge bordeaux. En même temps, c'est quelque chose qui remonte à près de trois siècles, donc ses souvenirs peuvent aussi être vagues ou eronés. Disons que ce changement de pigmentation capilaire est une interprétation de son esprit.
Je m'explique. Disons qu'un homme meurt en ayant les bras arrachés. Puisqu'il meurt plus ou moins sur le coup, il n'a pas le temps de se considérer comme un manchot pas vrai ? Mais s'il meurt alors qu'il se considérait comme un manchot après avoir été durablement marqué par le fait de ne pas avoir de bras, est-ce que son corps spirituel aura quant à lui des bras en parfaite santé ? Autre exemple, mettons qu'une femme meurt dans un incendie, ses longs cheveux prennent feu. Toute sa vie elle a eut les cheveux longs et s'est considérée comme une femme avec des cheveux longs, or l'incendie à ravagé sa chevelure. Son corps spirituel sera-t-il pour autant chauve ? Ou encore est-ce qu'un tatoué mourant écorché conservera-t-il son tatouage ? Je suis parti du principe que le corps spirituel dépendait partie de la façon dont le défunt se considère lui-même et voyait son corps, et si des symboles qui y figurent ont une signification particulière pour lui, ceux-ci peuvent rester après la mort (Iba était sans doute un yakuza, ça explique son tatouage dorsal et son zanpakutoh en forme d'aiguchi ^^').


Citation :
D'abord le "il chercha à gagner en raffinement par la Cérémine du Thé, la Calligraphie, la poésie, l'origami et la sculpture". AU vu du contenu des planques de Kano, de son mode de vie en plein territoire ennemi ou la nourriture est déjà un luxe, je ne pense pas que le raffinement soit vraiment une recherche pour lui.
J'ai essayé d'en faire une sorte de Robinson. Or, tu as raison, mais cela ne l'empêche pas de savoir qu'il doit conserver un certain raffinement pour continuer de se sentir humain, sinon il risque de ne pas tenir le coup et de devenir fou. Après, la réussite est partielle, comme le montre sa rencontre abrupte avec Rukia.



Citation :
Deuxièmement le "Kanô s'est lui-même autoproclamé Kenseï (Saint du Sabre, un titre de prestige)". AU vu de la vie qu'il a choisi et du dévouement dans sa tache, sans la moindre recherche de reconnaissance, je vois mal Kano se choisir lui-même un titre, qui plus est prétentieux. Il est au delà de tout cela je dirais.
Dans un contexte standard, je dirais que tu as encore raison. Toutefois, il convient de nuancer. Dans le milieu des arts martiaux, le titre de Kensei est un objectif à atteindre aux yeux des pratiquants, et qui n'est en rien présomptueux. D'autant plus que Kano est seul dans le Hueco Mundo, il n'a personne d'autre avec qui entretenir une relation civilisée. Dans l'histoire du sabre, il y a eut beaucoup de Kensei, et tous étaient plus ou moins battis sur le même modèle, et c'est sûr ce modèle que j'ai essayé de m'inspiré pour faire le caractère de Kano.
Il apprend donc à côté de la formation officielle, pour parfaire sa formation de samouraï, la calligraphie, le thé, l'origami, la sculpture, etc.
Après, ça ne l'empêche pas de ne plus être capable de pratiquer le Chadô (pas d'eau, pas de tasse, pas de thé...), de devoir calligraphié ou peindre avec du sang de hollow frais (avec son pinceau en bois et poils extraits de son propre dos lol) et d'avoir oublié une bonne moitié des kanji qu'il connaissait avant... Il essaie quand même de conserver ce qu'il peut pour se rattacher à l'Humanité au sens confucéen, au sens de civilisation, pour ne pas devenir complètement bestial, contrairement aux ennemis qu'il combat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Jeu 28 Avr - 14:59

Ashidô Kanô a écrit:
Le fait de combattre pendant 4 heures n'est pas du tout exagéré. Dans certaines écoles Koryû, il y a une épreuve / examen qui dure 4 heures sans interruption, où l'on pratique les kata du style. C'est une épreuve de test d'endurance et de technique pour les hauts gradés
Certes, mais entre faire des katas dans le vide et veritablement combattre, il y a une différence. Le choc répété de son arme contre celle des adversaires, l'effort demandé pour trancher la chair (toujours plus fatiguant que de trancher de l'air), réagir aux actions des autres plutôt que de réaliser des gestes et mouvements pré-établis, sans parler d'un terrain ou évoluer qui est accidentée, soit par le relief soit par les cadavres, un temps qui peut être du soleil de plomb à la pluie battante, bref, en véritable situation de combat, en plein champ de bataille, on ne tient pas 4h d'afillée à combattre à fond, non. Dit simplement qu'il a une bonne endurance et peut tenir plus que la moyenne en combat, comme je l'ai dit c'est déjà bien! ^^


Ashidô Kanô a écrit:
Pour les déplacement furtifs, ça veut dire aussi qu'il sait masquer sa présence. Les animaux, les aveugles et ceux qui fonctionnent à l'intuition sont capable de lire et sentir l'aura des gens, en particulier quand elle est agressive. C'est une technique essentielle aux ninja pour les déplacement en campagne et embuscades (sinon, il y a des vols d'oiseau, etc qui donne la position du shinobi). Donc oui, ça revient à peu près au même.
Alors dit simplement qu'il sait effacer sa présence, cela suffit. Pas qu'il est forcement indécelable aux animaux et autres, ca plein d'autres paramétrés entre alors en jeu comme l'odeur et le sens du vent, l'ouïe et les bruits, ect....Rien que ce fait de pouvoir effacer son aura humaine (pas spirituelle donc) est un bel avantage, donc cela suffira! ^^


Ashidô Kanô a écrit:
Les écoles avaient aussi tendance à fournir une certaine subvention aux disciples dans le besoin, lorsqu'elles étaient rémunérées par un seigneur en tant qu'école officielle.
Alors s'il a disposé d'aide, ca marche.


Ashidô Kanô a écrit:
Objection retenue, maître Hawtness. Les hollows sont-ils insensibles aux armes humaines normales ? (je demande juste comme ça, pour précision bonne à savoir)
Les objets matériels humains peuvent les toucher (on voit d'ailleurs bien Chad se servir d'un poteau électrique) mais entre toucher, blesser et tuer, il y a une différence. Je ne pense pas qu'un humain sans pouvoir spirituel important puisse tuer un hollow, même de bas étage, car ils ont une certaine résistance vu leur carrure. Le zanpakuto ou tout autre pouvoir étant imprégné d'une grande quantité de reiatsu, cela devient tout de suite plus facile de trancher un hollow.


Ashidô Kanô a écrit:
C'est de ma faute, je ne fais que le suggérer. Mais à ton avis, comment un samouraï décide de passer dans l'autre monde quand il en a marre de celui-ci ? Neutral
Je suis parti du principe que la mort sous forme d'âme entraînait l'accélération du processus de réincarnation par un jeu kharmique.
Oui, on peut en effet supposer qu'a la mort spirituelle, on repart pour une réincarnation. Dans ce cas, précise juste bien texto que le perso en question se suicide! ^^


Ashidô Kanô a écrit:
L'anime nous le montre avec quelque chose qui m'exaspère parfois dans les anime, une teinte de cheveux irréelle. Toutefois, ses cheveux sont assez rouge sombre pour que certains y voient des cheveux bruns (l'histoire des points de vue sur les couleurs). J'ai concilié en disant que ses cheveux étaient bruns avec des reflets ou une teinte rouge bordeaux. En même temps, c'est quelque chose qui remonte à près de trois siècles, donc ses souvenirs peuvent aussi être vagues ou erronés. Disons que ce changement de pigmentation capilaire est une interprétation de son esprit.
Je m'explique. Disons qu'un homme meurt en ayant les bras arrachés. Puisqu'il meurt plus ou moins sur le coup, il n'a pas le temps de se considérer comme un manchot pas vrai ? Mais s'il meurt alors qu'il se considérait comme un manchot après avoir été durablement marqué par le fait de ne pas avoir de bras, est-ce que son corps spirituel aura quant à lui des bras en parfaite santé ? Autre exemple, mettons qu'une femme meurt dans un incendie, ses longs cheveux prennent feu. Toute sa vie elle a eut les cheveux longs et s'est considérée comme une femme avec des cheveux longs, or l'incendie à ravagé sa chevelure. Son corps spirituel sera-t-il pour autant chauve ? Ou encore est-ce qu'un tatoué mourant écorché conservera-t-il son tatouage ? Je suis parti du principe que le corps spirituel dépendait partie de la façon dont le défunt se considère lui-même et voyait son corps, et si des symboles qui y figurent ont une signification particulière pour lui, ceux-ci peuvent rester après la mort (Iba était sans doute un yakuza, ça explique son tatouage dorsal et son zanpakutoh en forme d'aiguchi ^^').
Intéressante question sur l'influence de l'esprit sur le corps. C'est vrai que Kubo ne dit rien sur ce sujet. Je dirais que le corps est restitué dans un certain état viable sinon depuis le temps on aurait du voir des gars au Rukongai sous des formes coupées, éclatées ou arrachées, vu les causes de mort possibles. Aprés le problème est de savoir si c'est l'esprit qui fait cela par lui-même, donc son état final influençable parce qu'il pense et ressent comme tu dis, ou bien si c'est une réfection effectuée par les shinigamis ou autre service spirituel au moment du passage de l'âme....vu que l'un comme l'autre est possible, allez, dans le doute, j'accorde! ^^


Ashidô Kanô a écrit:
J'ai essayé d'en faire une sorte de Robinson. Or, tu as raison, mais cela ne l'empêche pas de savoir qu'il doit conserver un certain raffinement pour continuer de se sentir humain, sinon il risque de ne pas tenir le coup et de devenir fou. Après, la réussite est partielle, comme le montre sa rencontre abrupte avec Rukia.
Oui, cela n'empêche pas, mais cela se fera alors plus mentalement que matériellement vu sa situation. AU vu du visuel que l'on a de son abris, on doute de la place de la calligraphie et tout. Mais il lui reste néanmoins tout un tas de travaux mentaux à entretenir pour conserver son humanité. Le fait de ne pas avoir réalisé les exercices matériels comme la cérémonie du thé et autre peut justement expliquer son résultat mitigé.


Ashidô Kanô a écrit:
Dans un contexte standard, je dirais que tu as encore raison. Toutefois, il convient de nuancer. Dans le milieu des arts martiaux, le titre de Kensei est un objectif à atteindre aux yeux des pratiquants, et qui n'est en rien présomptueux. D'autant plus que Kano est seul dans le Hueco Mundo, il n'a personne d'autre avec qui entretenir une relation civilisée. Dans l'histoire du sabre, il y a eut beaucoup de Kensei, et tous étaient plus ou moins battis sur le même modèle, et c'est sûr ce modèle que j'ai essayé de m'inspiré pour faire le caractère de Kano.
Il apprend donc à côté de la formation officielle, pour parfaire sa formation de samouraï, la calligraphie, le thé, l'origami, la sculpture, etc.
Après, ça ne l'empêche pas de ne plus être capable de pratiquer le Chadô (pas d'eau, pas de tasse, pas de thé...), de devoir calligraphié ou peindre avec du sang de hollow frais (avec son pinceau en bois et poils extraits de son propre dos lol) et d'avoir oublié une bonne moitié des kanji qu'il connaissait avant... Il essaie quand même de conserver ce qu'il peut pour se rattacher à l'Humanité au sens confucéen, au sens de civilisation, pour ne pas devenir complètement bestial, contrairement aux ennemis qu'il combat.
Certes, mais ce titre au final, je doute qu'ils se le sont attribués d'eux-même, les Kensei précédents non? C'est en ça que je disais que c'était présomptueux, de décider de soi-même qu'il peut porter le titre de Kensei. Car tu ne dit pas qu'il tend, recherche ce titre mais qu'il y est parvenu vu qu'il porte ce titre. Du coup, simplement changer cela e disant qu'il cherche à atteindre ce titre plutôt, et cela ira mieux déjà! ^^



Voili voilou, un dernier effort et on y arrivera! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Jeu 28 Avr - 16:39

Citation :
Les objets matériels humains peuvent les toucher (on voit d'ailleurs bien Chad se servir d'un poteau électrique) mais entre toucher, blesser et tuer, il y a une différence. Je ne pense pas qu'un humain sans pouvoir spirituel important puisse tuer un hollow, même de bas étage, car ils ont une certaine résistance vu leur carrure. Le zanpakuto ou tout autre pouvoir étant imprégné d'une grande quantité de reiatsu, cela devient tout de suite plus facile de trancher un hollow.
A force de blessures et en le prenant de part et d'autre avec des assauts tactiques coordonnés, ça m'étonnerait qu'un hollow simple puisse rester en vie, même contre des humains avec peu de reiatsu. Un peu comme quand on jette un filet sur une baleine et qu'on lui envoie plein d'harpons, quoi. Bon, ça marche pas sur Mobby Dick, mais par comparaison, celui-là c'est plutôt un Vasto Lorde...
D'ailleurs, ils viennent certes de mourir, mais ils (ou du moins Ashido) sont morts en étant assoiffés de sang.


Citation :
Certes, mais ce titre au final, je doute qu'ils se le sont attribués d'eux-même, les Kensei précédents non?
Oui et non. A force d'efforts, on gagne une réputation dans son milieu quelqu'il soit. Dans celui des arts martiaux, on guette l'émergence des talents. Pendant l'ère Edo, il y eut beaucoup de bushi pour se proclamer "Homme de Fer", et il y a sans doute eut un ou deux Kensei (Sakamoto Ryôma, par exemple, avait le niveau pour se faire appeler Kensei, mais pas la mentalité, de mon propre point de vue). Après, cela joue essentiellement sur la réputation, et parfois sur une ou des techniques de sabre impressionnantes (Miyamoto Musashi avait sa technique au daisho, et il me semble qu'un autre Kensei du 18ème siècle a gagné ce titre après avoir maîtrisé une technique où il se battait avec son sabre et son fourreau en même temps... une technique que maîtrise Madarame). Le titre de Kensei, tout comme celui de Bosatsu dans le zen moderne, n'est pas seulement issue de la façon dont on est perçu par les autres, mais aussi dont on se perçoit soit-même.
Le Kensei typique est la version martiale du sennin taoïste ou du rakan bouddhiste (pareil que le bosatsu mais en un peu moins altruiste), donc il vit souvent en ermite, mais pas obligatoirement. Typiquement, il aura quelques disciples en internat (uchi-deshi, si je me souviens bien) vivant avec lui de façon spartiate, et étudiant autant les arts martiaux que certains arts.
C'est peut être bien présomptueux, mais Kano a, évidemment, comparer ses acquis avec ceux d'autres maîtres d'armes. Etant le seul shinigami de la forêt Menos, sa réputation n'étant connue que des adjuchas locaux, donc il ne peut pas compter sur les méthodes habituelles. Ce qu'il a put faire par contre, c'est un constat. Un étudiant des arts martiaux passe parfois plusieurs décennies à se forger. Mais l'essentiel de sa vie, il l'a passe à se polir et à s'affûter pour entretenir ses compétences. Lorsqu'Ashido a sentit venir sa limite, et après avoir expérimenté toutes sortes de méthodes de combat contre les Hollows, il a pût remarquer tout à coup que ce qu'il faisait au Hueco Mundo lui donnait une certaine prestance.
Autre chose : la vantardise des samouraïs au combat est bien connue. Typiquement, étaler son lignage et ses faits d'arme. Parfois, ça suffit pour faire la différence dans une bataille (Uesugi Kenshin était surnommé le "Dieu de la Guerre" et le "Dragon d'Echigo", Shimazu Yoshihiro et Sanada Yukimura avaient la réputation d'être les meilleurs guerriers du Japon, etc).
Toutefois, si tu garde position sur ce point, je le corrigerais aussi. Pour l'instant, j'édite simplement en évoquant son hésitation à se donner ce titre, qu'il ne va pas, en conséquence de quoi, proclamer à la première occasion.



PS : Edit de la fiche effectué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Jeu 28 Avr - 18:00

Qui parle de blessures? Le hollow a beau se faire taper dessus par Chad, au final on voit aucunes blessures sur lui, et il continue de se mouvoir sans problème. Même après avoir prit un gros pilier sur la nuque. Et si les simples sabres marchaient si bien sur les hollows, les habitants du rukongai auraient presque pas besoin des shinigamis dans certains cas. Alors résister au hollow, c'est déjà très bien, donc autant s'en contenter! ^^

Pour le titre, l'édition que tu as faite rend mieux, ca ira! ^^

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Jeu 28 Avr - 18:22

Eh, Tanaka Yui, tu dis rien là ? Regarde ce que Stark ose dire sur le saint des saints, la plus magnifique arme qui soit ! ><

Par ce que simple, c'est vite dit. Kubo ne fait généralement pas grand cas des trucs culturels dans Bleach, à part pour les noms des zanpakutou. Mais remarque toutefois que les Ten'ka Go Ken, les Cinq Sabres Fameux sous le Paradis, sont plus ou moins tous liés à des histoires de fantôme.
Dojikiri Yasutsuna a été utilisé pour tuer le puissant démon Shuten Doji ainsi que ses troupes démoniaques, entre les mains de Minamoto no Raiko (Raiko n'avait aucun pouvoir magique selon les légendes, mais en revanche c'était un grand héros).
Mikazuki Munechika a été forgé avec l'aide d'un youkai change-forme, kitsune si je me souviens bien. Et même sans, ça reste un sabre magnifique.
Juzumaru Tsunetsugu a été sanctifié par Nichiren, rien que ça.
Onimaru Kunitsuna a été utilisé par un samouraï pour occire, en un contre un, un puissant spectre qui s'en prenait à Hojo Tokiyori, et qui n'est pas sans rappelé un Hollow.
Odenta Mitsuyo, je connais aucune histoire surnaturelle sur cette lame, mais le staff de Sengoku Basara inclut sa présence dans la saison 2 de son animé, sans dire aucune connerie dessus, alors que Tonbogiri (qui fait partie des Tenka San So) a été transformée en une espèce de foreuse à hampe géante, et là ça relève du miracle. XD

Ce sont tous des sabres normaux, forgés par des humains, mais auxquels on attribue de puissants pouvoirs spirituels (Dojikiri apparaît dans le manga Tactics comme une arme redoutable, de même dans Hakuouki Shinsengumi Kitan, etc). Qu'ils puissent blesser des hollows ne me choquerait pas plus que ça, qu'il le fasse plus efficacement qu'un zanpakutoh brandit par un shinigami sans shikai ne m'étonnerait pas non-plus. Le sabre d'Ashido au moment de Kawanakajima en est pas là, mais quand même... Pour ça que je parle de harpons contre une baleine dans le post précédent.


N'empêche que ce dont tu me parle, ça remonte à loin. Je vais te croire sur parole et corriger, par ce que j'en ai aucun souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Jeu 28 Avr - 19:42

Aucun souvenir de quoi?

Peut m'importe après tout ce que l'on peut raconter au niveau des légendes et autres. Parce que l'on est dans le monde de Bleach là et que cela suit une autre logique. Si on se met à prendre pour comptant les légendes autres, on en finira plus car on devra tous les prendre en compte. Le coup de mourir si on éternue sept fois d'affilée, tu connais? XD J'exagère mais c'est pour illustrer le fait que si on prend trop en compte des choses de l'extérieur de l'univers, surtout du niveau légendaire et folklorique, ca peut finir trop loin. Qu'on sen serve pour illustrer quelque chose d'effectif et bien présent dans le monde de Bleach, pourquoi pas. Mais de là à dire que parce qu'un sabre ordinaire a la réputation de pouvoir trancher un spectre/monstre/démon/autre, ce n'est pas encore ça. Ici ce qui compte, c'est l'énergie spirituelle. Hors une simple âme qui vient tout juste d'apparaitre est encore loin d'avoir l'énergie spirituelle nécessaire pour vaincre un hollow. Surtout que tu pars du postulat qu'une âme dès sa sortie garde aussi les objets qu'elle avait sur elle, dont les sabres, ce dont on est pas sûr. Et comme je l'ai dit avant, si un simple sabre suffisait à fendre un hollow, les habitations du rukongai ne seraient pas si désespérés et faibles devant le moindre hollow qui se pointe chez eux. Il faut que l'objet en question soit investi d'une puissance spirituelle plus importante, qui ne peut être déployée que par un shinigami. Car on a beau les traiter de sous-merde dans le manga tellement ils se font ratiboiser par les héros trop trop forts, le shinigami, même de base, est quelqu'un qui a réussit à passer les examens d'entrée de l'académie, et pour cela possède un certain pouvoir qu'il a pu développer. D'où le rôle des shinigamis, qui font ce que ne peuvent faire de simples esprits. Sinon ils virent chomistes et ne seraient appelés que pour affronter les huge hollows ou truc du genre...ce qui est loin d'être le cas quand on voit les nombreuses opérations shinigamis à travers le manga et l'anime surtout. t

Alors je sais que ca fait mal de se dire que son perso n'est même pas capable de battre un hollow au départ, même à plusieurs, mais tout le monde doit commencer par là! Les surdoués, on en a assez avec le manga pour pas s'en inventer d'autres! XD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Jeu 28 Avr - 20:25

Aucun souvenir des détails qui remontent à aussi loin dans le manga / anime. Chad, j'ai déjà l'habitude de le voir en train d'envoyer des directs railgun et des upercuts atomiques. Rukia, j'ai le vague souvenir qu'avant c'était une mauviette ignorante qui pensait n'importe quoi pour valoriser le personnage principal, avant que l'auteur ne décide de lui donner une remise à niveau. Orihime, j'ai le vague souvenir d'une fille un peu gourde qui a obtenue des pouvoirs surnaturels, avant qu'on comprennent que ceux-ci jouaient dans la cour des dieux, et pas des dieux de la mort (des dieux qui ordonnent à des éléments de la nature d'exister ou de cesser d'exister et qui se font obéir par le seul pouvoir du verbe, au lieu de compter sur la magie).


Citation :
Mais de là à dire que parce qu'un sabre ordinaire a la réputation de pouvoir trancher un spectre/monstre/démon/autre, ce n'est pas encore ça. Ici ce qui compte, c'est l'énergie spirituelle.
Les sabres ordinaires forgés traditionnellement passent par un travail métallurgique, spirituel et religieux important. Il y a des étapes où le métalurgiste s'habille en prêtre shinto et prie les dieux et bouddhas. Un sabre forgé par des humains, on peut dire dès qu'il a été polie s'il s'agit ou non d'une arme de qualité exceptionnelle, dotée de "pouvoirs spirituelle" et de sa "propre âme". Une âme et une énergie qui se créée d'une part par le travail du forgeron et du polisseur, mais aussi par le biais de son ou ses manieurs successifs.
Très franchement, Dojikiri je l'ai vu en vrai, et c'est une lame impressionnante. C'est pas pour rien qu'elle est réputée pour être la meilleur épée du monde. Si les démons, fantômes et autres créatures surnaturelles existent, il n'y en a aucune qui ne tremblerait pas pour sa vie en l'a voyant.
(Je peux l'affirmer sans craindre de me tromper car j'ai étudié la démonologie chrétienne pendant un temps, la fois où je m'étais penché sur l'étude de la Théologie... Razz)
Pour moi, un Zanpakutoh, c'est clairement un sabre issue d'une seule âme et constitué de la manifestation énergétique de l'âme uniquement, donc le Reiatsu.


Citation :
Et comme je l'ai dit avant, si un simple sabre suffisait à fendre un hollow, les habitations du rukongai ne seraient pas si désespérés et faibles devant le moindre hollow qui se pointe chez eux.
Ou alors ils sont faibles et désespérés par ce que tous les défunts avec un mental fort et de grandes capacités deviennent des shinigamis... Et aussi par ce que la plupart d'entre eux étaient déjà faibles et opprimés de leur vivant, et que tous les types ingénieux, déterminés, dangereux, riches et puissants de leur vivant se débrouillent pour rejoindre le Seireitei par le jeu des alliances, des vieilles amitiés et de la coercition.
Sinon, les habitants du Rukongai forment des gangs / milices locales, comme Shiba Ganju, et se débrouillent comme cela.

Bon, de toute façon j'ai édité, mais je tenais à clarifier ce point. Normalement, ça devrait être bon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Ven 29 Avr - 0:08

Ashidô Kanô a écrit:
Un sabre forgé par des humains, on peut dire dès qu'il a été polie s'il s'agit ou non d'une arme de qualité exceptionnelle, dotée de "pouvoirs spirituelle" et de sa "propre âme".
Et c'est là que tu te plantes encore. Car l'énergie spirituelle de Bleach n'a absolument rien à voir avec la religion de notre monde et tout autre spiritualisme traditionnel. Est-ce que l'on a vu le moindre humain à pouvoirs être religieux tient?
Donc oublie pour Bleach toutes ces histoires de sabres trancheur de démons et tout. Dans cet univers là, un hollow face à un sabre ordinaire, donc qui ne soit pas la partie de l'âme d'une personne de grande densité de puissance spirituelle, il est loin de trembler. Peu importe ce que disent les mythes et croyances actuelles ou passées pour notre monde, dans le monde de Bleach cela n'a aucune importance. Ça nous impression nous à la limite mais c'est tout.
Le seul moyen serait une personne comme Kisuke qui se mettrait à concevoir des armes anti-hollow à base de condensation de puissance spirituelle. Faudra demander à des anciens de la 12eme division de concevoir ça alors! ^^


Citation :
Ou alors ils sont faibles et désespérés par ce que tous les défunts avec un mental fort et de grandes capacités deviennent des shinigamis...
Si tous les guerriers morts et non-réincarnés du monde se retrouvaient au Seireitei, il faudrait alors un peu plus agrandir la surface habitable du coin je pense. Quand on voit les réputations des districts 80 ou 79, on se dit qu'il y a loin d'y avoir des faibles désarmés là dedans. Les Shibas, ce sont d'anciens shinigamis et ils se servent du kido, voilà comment ils combattent les hollows.



Bon, sinon, faut que je relises si tu as tout bien modifié mais cela devrait m'aller normalement. Quelqu'un d'autre du staff pour juger? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Ven 29 Avr - 0:47

Citation :
Car l'énergie spirituelle de Bleach n'a absolument rien à voir avec la religion de notre monde et tout autre spiritualisme traditionnel.
Je penses que tu t'avance un peu trop sur le sujet. Par ce que, à mon avis, les Quincy et autres ne sortent pas de nulle part. Comme le monde est vaste, il y a forcément d'autres traditions humaines existantes qui luttent contre les hollows.


Citation :
Est-ce que l'on a vu le moindre humain à pouvoirs être religieux tient?
Le contraire n'a jamais été démontré, d'une part. Et d'autre part, si ce n'est pas le cas des humains, c'est le cas de certains êtres spirituels. L'incantation de libération de ton collègue désespéré de l'Espada est tout à fait éloquente à ce sujet.
Komamura, son zanpakutoh n'est rien de moins qu'un dieu boddhiste tueur de démons, un myo-oh ! Dans l'arc de matérialisation massive des Zanpakuto, son zanpakutoh prend l'aspect de Fudo-myo-oh, l'un des dieux préférés des japonais.
Ryûjin Jaka est aussi éloquent dans son genre. Ryûjin signifie Dieu Dragon, ou encore Etre Lumineux. Ryûjin (ou Owatatsumi) est l'un des principaux dieux shinto. Frère aîné d'Amaterasu, chef des kami de l'Océan, plus puissant des dragons sino-japonais (hormis le Dragon Impérial Chinois, en quelque sorte), esthète immortel, souverain de la mer de Chine, et ancêtre de la famille impériale japonaise. Rien que ça.
L'Arrancar Gantenbein Mosqueda est carrément le gros fanboy du Dieu Chrétien, servant à représenter les innombrables catholiques fervents du monde hispanique (avec cet obsédé de l'espagnol qu'est kubo, fallait s'y attendre).
Le best c'est quand même Aizen Sôsuke. Lui de myo-oh, il a carrément le nom, celui d'Aizen-myo-oh. Le rôle d'Aizen myo-oh ? Transformer les désirs terrestres, notamment l'amour charnel et la cupidité, en éveil spirituel. En conséquence, le personnage s'en inspire dans toutes ses facettes, l'intellect, dans les pouvoirs de shinigami, la façon de communiquer (il s'adresse à ses interlocuteurs comme s'ils étaient des enfants), même le nom de son zanpakutoh est un proverbe à thème bouddhiste. Comme si ça ne suffisait pas, Aizen désire la royauté (myo-oh = Roi de Lumière, de Sagesse). Détail : Aizen myo oh n'est presque pas vénéré ailleurs qu'au Japon, où il est le dieu tutélaire des métiers en rapport avec la satisfaction sexuelle et certains métiers d'artistes (poètes, mangaka...).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vidyaraja

D'un autre côté, la religion / philosophie est quelque chose qui imprègne les fondations de toutes les cultures, et la façon dont sont formés les personnages. Si ce n'était pas le cas, les noms des zanpakutoh seraient nettement plus aléatoires que ceux que nous connaissons, par exemple.


Citation :
Si tous les guerriers morts et non-réincarnés du monde se retrouvaient au Seireitei, il faudrait alors un peu plus agrandir la surface habitable du coin je pense. Quand on voit les réputations des districts 80 ou 79, on se dit qu'il y a loin d'y avoir des faibles désarmés là dedans. Les Shibas, ce sont d'anciens shinigamis et ils se servent du kido, voilà comment ils combattent les hollows.
J'en conviens. Mais il faut aussi dire qu'un bon paquet de guerriers et de personnalités fortes ne développe pas de pouvoirs spirituels pour autant. Et aussi, il y en a qui peuvent prendre leur retraite dans la dimension du Rei'oh.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Ven 29 Avr - 1:42

Oui, tu démontres très bien que les mythes et les religions ont une influence sur la conception des personnages d'un manga; Comme à peu prés toute ouvre de l'esprit à des influences diverses et variées. Alors le monde de la fantasy, puiser dans la mythologie, c'est plus qu'une habitude. Ce qui n'est pourtant en rien notre problème. Ce n'est pas parce que tel perso est inspiré d'une divinité que dans l'univers où existe ce personnage, la divinité dont il est inspiré a une quelconque importance.

Je ne dit pas pour autant que le religieux que l'on connait ne peut pas rejoindre des faits du monde de Bleach. Tel objet sacré peut en fait être un artefact spirituel conçu par tel savant de la soul society, telle présence mystique être le fait d'un shinigami ou hollow errant. Mais le phénomène mystique doit être une conséquence d'une réalité du monde de Bleach, pas l'inverse. Par exemple, dire que parce qu'une âme s'est attachée à un endroit, elle ne veut pas le quitter à sa mort et s'y enchaine, chose qui est prouvée comme existante dans bleach, hé bien cela crée la légende d'un vieux château hanté de nos jours. Et non pas la manœuvre inverse qui serait de dire: il y a la legende d'un dragon endormi sous un lac dans tel pays, donc ca veut dire qu'il y aurait une créature spirituelle différente des hollows, des plus ou des shinigamis et qui ressemblerait à des dragons. Toujours en grossissant le trait mais c'est un peu ça, ton idée de sabre exceptionnel qui pourrait trancher du hollow. On est d'accord qu'avec ce forum, on va innover, trouver des solutions non-exploitées et en développer d'autres, mais en partant de Bleach pour l'étendre, pas l'inverse. Sinon on serait obligé d'accepter n'importe quelle innovation de n'importe qui qui serait un tant soit peu plausible, et alors là je te dis pas le résultat! XD


Revenir en haut Aller en bas
Neliel tu oderschvank

avatar


Messages : 307

MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Dim 1 Mai - 10:57

Piouf....alors là je vais donner ma validation, mais elle va être accompagnée de plusieurs remarques à prendre en compte.

Ashido,tu as de la volonté et tu as des idées. C'est bien, je le reconnais, je ne suis pas contre les idées, mais les tiennes n'ont pas l'air, d'après ce que j'ai lu, d'aller dans l'esprit du forum.
Dès qu'on te présente une remarque sur ta fiche, tu pars sur une remise en cause systématique de ce qu'on t'a avancé.
C'est intéressant d'analyser Bleach via les légendes, les croyances, etc. Mais nous ne sommes pas sur un forum de débat ni d'analyse littéraire. C'est un jeu de rôle. On peut lier le jeu et le savoir (ne me dites pas le contraire) mais là, c'est un peu trop. Peut-être que le fond de notre forum n'est pas assez profond par rapport à ce que tu recherches : dans ce cas là, nous ne sommes peut-être pas ce que tu cherches en effet.

Je te valide, mais que je précise bien que l'on doit s'adapter au forum sur lequel on s'inscrit, et non adapter le forum à soi.

Je te souhaite néanmoins bon jeu Smile

_________________


Mission vote 6

Topsite1
Topsite2




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   Dim 1 Mai - 18:19

Te voilà donc avec deux validations, donc prêt à jouer! Colorisation! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ashidô Kanô   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ashidô Kanô
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» MMD (ok .. c'est pas de la musique ... )
» Yohana Kanû | Born to be a ninja - Libre
» Kanélia A. Meerins - Alexandra Chando

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Complexe Hinata :: Complexe Hinata :: Premier étage :: Salle de musculation-