Revenir en haut Aller en bas


Forum RP / Manga / Contemporain / Fantastique
 

Partagez | 
 

 Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Lun 15 Aoû - 17:35

Laissant Hanataro… Hajime quitta la petite demeure qui ne payait pas de mine en direction des profondeurs du Rukongai. Marchant sagement à travers la foule, le noble passait aisément pour un simple habitant des lieux avec son kimono des plus humbles et de couleur terreux. Ses cheveux étaient simplement attaché par un mince lacet de bonne facture cependant, et son zanpakutoh était calfeutrer sous le long manteau qu’il avait récupérer. Le journal était à nouveau avec lui, cacher en son sein, ainsi que le masque de Hollow que lui avait confié Ashido. Les trait de notre ancien troisième siège paraissait plus reposer que la veille et les traces de fatigue avaient déserté son regard. Cependant en son esprit, Hajime se rappelait encore ses échanges avec Hanataro.

Ses pas esquivaient les passants sans heurt, alors que les marchands hélaient la foule pour une quelconque babiole… Il fut un temps ou le noble venait ici rien que par curiosité et croqué certaines personnes à leur insu. C’est ainsi qu’il avait compris le réel sens du mot « pauvreté ». Il n’était qu’un petit garçon à l’époque et le fait de porter les habit de son clan lui faisait ressentir de la honte..celle d’être nourrit.. logé.. Choyer rien que par la naissance et non par le mérite. En y repensant, Hajime tourna sans le vouloir véritablement ses yeux sombre vers une toiture qui lui parut familière..Jamais encore il n’était repassé par ici et son cœur s’étreignit en sa poitrine, jusqu’à en devenir blessant.

Son allure se stoppa net alors qu’en son esprit cartésien le jeune Yongil venait de faire face à son propre passé. Là sur cette toiture.. c’était l’endroit même de son enlèvement. Un jour où tout n’était que fête.. pour Hanami.. et lui .. il avait eut la riche idée de venir ici en trompant les gardes de son père pour crayonner. Un simple désir qui tourna au drame et qui lui valu une semaine et demi de peur presque intense. Jusqu’à ce qu’il parvienne à s’enfuir. En son regard une lueur froide vint s’y mirer un instant, avant qu’il ne détourne son visage résolument impassible. Un jour il retrouvera celui qui avait fomenté une telle fourberie et il réparera son honneur, tout comme il retrouvera…son ombre. Conscient qu’il risquait d’attirer l’attention en restant ainsi immobile, Hajime reprit sa route sans même glisser un autre regard sur cette toiture qui était pour lui couverte de sang.

Il avait un tout autre devoir à remplir et cela consistait à retrouver Kuchiki Byakuya afin de lui remettre son rapport et peut être aussi lui soumettre ce qui le tiraillait.. non pas envers Hanataro car cela ne regardait personne.. mais plutôt en ce qui concernait ce trouble qu’il savait grandissant en lui depuis qu’il avait quitter le Hueco Mundo. Bifurquant sur la gauche, il s’assura que personne ne le suivait et scanna un peu les alentour pour repérer les reiatsu inopportuns… Lorsqu’il fut pleinement sûr, Hajime accéléra donc la cadence à l’aide du shunpo et disparut de ce quartier afin de rejoindre l’un des dernier qui lorgnait une forêt.. C’était un coin relativement calme pour ainsi dire.. mais aussi épargné par les patrouilles suspectes du moins en majorité..

D’une main sûr il frappa deux coups sec une pause et un coup long avant de pousser la porte de la plus reculée des maisonnées encore bien plus instable encore que celle qui lui servait un peu de retraite, et ferma les yeux sous la volé de poussière qu’il fit voleté sous l’ouverture, avant de se retenir d’éternué en se pinçant le nez. Une légère grimace survint à son visage comme pensant ironiquement que sa mère en ferait un sermon de le voir ainsi habillé et surtout.. surtout de trouver des planques aussi mal soigné. Enfin … au moins cela le faisait légèrement sourire ce qui apaisait un peu la situation actuelle. La pièce ou il se trouvait était apparemment vide.. mais il pouvait aisément ressentir la présence familière de son taisho. Aussi il se manifesta simplement de par son ton atone et respectueux, bien que ses paroles furent prudentes au cas où


-Hajime San au rapport.

Ainsi fait aucun grade ne fut dévoilé.. si cette présence n’était que tromperie, et son nom ne figurant point.. il protégeait ainsi son clan.


Dernière édition par Yongil Hajime le Dim 27 Nov - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mar 23 Aoû - 1:41

Proche de la forêt, existait un quartier du Rukongai des plus reculés. Malgré son éloignement, il n'était pas aussi mal fréquenté que d'autres. C'est ici que se trouvait un des repaires des Résistants. Une maison appartenant à deux habitants du Rukongai, alliés de longue date du Gotei 13. Une maison comme une autre. Ou presque, mais nous allons voir pourquoi tantôt.

Avant de venir ici, toujours sans se faire repérer, Byakuya lui aussi avait opté pour le déguisement. La surveillance s'était accrue ces derniers temps. Et il pensait même avoir été suivi cette fois-ci. Cela était sûrement dû au fait qu'Hanatarou avait croisé Katara,et qu'elle avait dû renforcer la surveillance avec l'aide de la Seconde Division, restée fidèle pour nombre d'entre eux à Soi Fon. Comme quoi, l'obéissance aveugle était la pire des bêtises. C'était depuis qu'Ichigo lui-même lui avait ouvert les yeux autrefois, que le noble avait compris qu'il fallait se fier à son coeur et non aux ordres.
Outre le déguisement physique, il fallait aussi jouer sur le comportement pour tromper l'adversaire. Le Reiatsu restait un problème, même s'il avait réussi à le rendre minime. Il parviendrait cependant à se jouer des espions s'il n'attirait pas l'attention. Et pour ça, il fallait agir à l'encontre de ce qu'il était d'habitude. C'était humiliant rien que d'y penser.

Pour traverser le Rukongai, Byakuya revêtait un hakama et un simple juban verts. Il avait rassemblé ses cheveux en une tresse longue. Il était accompagné par une jeune femme du rukongai, magnifique, quoi qu'ayant l'apparence d'une fille facile. Elle n'arrêtait pas de sortir des devinettes idiotes censées divertir son galant protecteur. Il n'empêche que le subterfuge avait fonctionné à merveille. La Geisha et son client n'avaient pas été soupçonnés une seule fois.

Une bonne heure plus tard, quelqu'un frappa le code à la porte de la maison. C'était sans nul doute Hajime. Byakuya était dans la seconde pièce de la masure qui servait de maison close. Le lieu était surveillé par des autorités, mais celles du Rukongai, cette-fois. Cela n'empêchait pas qu'il y aie des trafics officieux entre ces murs. Et les membres de la Résistance qui s'y rendaient, avant de rejoindre les sous-sols, devaient d'abord donner le change jusqu'au bout.

C'est pourquoi Byakuya dut signaler sa présence à Hajime, dont il avait entendu la voix, en riant de façon très sonore.

Oui. Vous avez bien lu. Un rire. Bien sur, ce rire n'avait rien de naturel. C'était une simple couverture. De même qu'il avait fait tout le chemin avec une courtisane. Qui n'en était pas une.
Au moment où Hajime pénétrait dans la seconde salle, Rukia-Geisha fit signe de se taire en mettant un doigt devant sa bouche. byakuya, plaisantant et parlant sans discontinuer, appuya un doigt sur un des murs, ce qui eut pour conséquence de faire pivoter le pan. De l'autre côté de cette salle secrète se trouvaient deux membres du rukongai. Ceux dont Byakuya et Rukia avaient pris l'apparence. Ils prirent la place des deux Kuchikis, comme si la scène des deux amants n'avaient pas connu d'interruption. La Geisha originale, du nom de Tsubaki, fit un clin d'oeil à Hajime tandis qu'en s'allongeant sur un tatami, elle frappa du pied un endroit précis du sol. Ce qui eut pour effet d'ouvrir une trappe.

Rukia et Byakuya descendirent les premiers, se sachant suivis par Hajime. Une fois en bas, enfin, Rukia put respirer.

Rukia : vous ne connaissiez pas cette cachette, je crois, Yongil - dono ? C'est une vraie passoire. Elle regorge de refuges qui étaient faits pour dissimuler les activités illégales du lieu. Notamment les jeux de hasard et les paris.

Byakuya, lui, tournait le dos aux deux shinigamis, ne souhaitant par dévoiler la honte qui l'envahissait. Il avait dû rire pour donner le change, comme un misérable ripailleur des bas fonds.

Byakuya : La prochaine fois, Rukia, choisis une autre couverture.

La petite soeur afficha un air interrogatif.

Rukia : pourtant j'ai trouvé cela plutôt amusant...

Des étoiles brillaient dans ses yeux. Elle prit les mains d'Hajime et elle chuchota pour n'être entendue que par eux deux.
Spoiler:
 
Rukia: Nii-sama est si beau quand il sourit !!!

Heureusement qu'il était de dos. Nii-sama avait tout entendu et affichait le même air furieux que lorsqu'il était adolescent et courroucé par Yoruichi.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mar 23 Aoû - 3:31

Dans un premier temps… Hajime en fut un peu décontenancé au devant d’un rire qu’il n’aurait jamais cru entendre un jour de la part de celui qu’il identifiait aiséement..le Rire du Sihaya. Si bien qu’il abaissa son regard au niveau du plancher.. comme fortement gêné.. A dire vrai.. C’était ridicule et le noble se reprit assez vite avant qu’il ne reconnaisse Rukia, qui venait de lui intimé de garder le silence en plaçant son doigts sur ses lèvres. Chose qu’il fit bien entendu alors que le subterfuge se dévoilait à ses yeux aussi insondables qu’observateurs. La vraie Geisha ainsi que son comparse se dévoilèrent, non sans que la jeune femme ne lui adressa un clin d’œil qui lui fit un peu hausser les sourcils un peu dérouté et se pinça la lèvre inférieure afin de se reprendre pour la seconde fois, ne voulant certainement pas se montrer en posture si incommodante de sa part, tandis qu’en son esprit le souvenir des bras d’Hanataro autour de lui et son aveu lui fit détourner son visage si juvénile encore.

Pour finir Yongil afficha cet air si calme de lui-même sous sa chevelure attaché soigneusement en son dos, tandis que ses mains semblaient cacher par la longue cape qui retombait sur lui, masquant un peu son vêtement couleur de terre. Dans un silence et sous ses mouvements fluides, il se contenta de fermer la marche derrière son Taisho et Rukia avant de refermer la trappe derrière eux. Sur le moment… Hajime se sentit un peu oppresser dans cet endroit clos et au sous sol..Des flashs vinrent heurter son esprit …réminiscences douloureuses de son propre passé alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Pieds et poings lié le souffle court. Ses paupières s’abaissèrent un instant, alors que résonnait au sein même de son cerveau la litanie contre la peur afin de reprendre parfaitement son calme. Cela ne dura qu’une seconde avant que sa main de se décrispe de son habit et que son esprit ne devienne que plus clair.

Mais ce dont il ne s’attendait point, c’était de voir Rukia lui prendre les mains, le faisant tressaillir. Constatant cet air si lumineux..presque enfantin l’observer, Hajime resta silencieux et intrigué sous son aspect pourtant calme. Vraiment mais qu’est ce qu’ils avaient tous en ce moment avec lui ? L’un avoue son amour.. la seconde lui confit la chose la plus euh… comment dire.. surprenante à retenir..et pendant un instant l’ancien Troisième siège aurait juré percevoir le mécontentement de son supérieur, visiblement.. peu ravi d’avoir eu affaire à ce genre de plan.

Doucement le jeune Yongil dégagea ses mains de celles de la jeune femme et se racla la gorge. Jamais encore il n’avait enfin.. Penser de la sorte à son Taisho et sans comprendre il dévia à nouveau et ce pour la troisième fois son regard. Désirant éviter de débattre d’une telle chose surtout dans le dos de celui qu’il avait juré de toujours protéger, il se contenta de parler d’une voix neutre, comme cherchant simplement à apaiser ce moment, quand bien même ce lieu l’incommodait grandement:


- Je vous présente mes excuses pour ne pas être arrivé plus tôt Kuchiki Taisho.

Ce qui était vrai, il n’aurait point dû prendre autant de temps, mais cependant..la fatigue l’avait privé de toute volonté et jamais il n’aurait laissé Hanataro seul et aussi désemparé, surtout après ce qu’il lui avait dit. Hajime ne pouvait pas s’empêcher de croire qu’il y avait été un peu trop durement, cependant le garçon devait comprendre que leur monde était bien différent. Lentement, il tourna son attention sur Rukia et concéda à lui répondre..

- Non je ne conaissais point cette cachette. Je me suis réfugié en compagnie d’Hanatarou Yamada à quelques districts de là.

Signifiant ainsi de manière fort vague certes.. que le jeune informateur était sain et sauf. Mais en repensant aux paroles de la sœur du Kuchiki, il ressentit un frisson au bas de son dos, non loin de sa cicatrice.. oui ces planques.. Une fois de plus les flashs reprirent et par reflexes Hajime se colla un peu contre le mur son oxygène se raréfiant en son sein.

- On n'y cachait pas que des paris ou jeux illégaux……

On y cachait aussi des enfants nobles dans l'attente d'avoir une fortune à soi....Ce n’était qu’un murmure, quelque chose qui venait de lui échapper alors qu’il levait la tête vers le plafond ne voyant que des crochets métalliques… ces choses qui n’étaient pas dans le présent. Un souvenir glacial. Il avait besoin d’air.. cela hurlait en son esprit.. il oubliait de respirer et à force il allait suffoquer, trop préoccupé par cette vision du passé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mer 7 Sep - 23:33

Rukia se rendit compte qu'elle avait mis Hajime mal à l'aise et accepta qu'il la repousse avec beaucoup de douceur. Il tenta de reprendre le dessus sur sa gêne en raclant sa gorge. Byakuya daigna alors se tourner enfin, affichant plus de détachement, même si les idées des autres Résistants pour se cacher étaient de plus en plus loufoques. Hajime lui non plus n'appréciait pas vraiment. Lui et Byakuya étaient suffisamment proches pour savoir qu'ils préféraient la sobriété. Mais si cela pouvait tromper l'ennemi, il devait tenter et faire fi de son orgueil.

Hajime s'excusait de son retard. Byakuya ne pouvait lui en tenir rigueur, il comprenait qu'il puisse avoir des contre-temps. Mais il n'en dit rien. Maintenant qu'il voyait qu'Hajime se portait bien, il était rassuré ; il n'était pas nécessaire de poser des questions. De toute façon, son troisième siège se chargerait de parler à sa place. Byakuya fut vite exaucé.
Mais alors que le shinigami parlait, le Capitaine sentait que quelque chose n'allait pas. Hajime semblait voiloir prendre appui sur un mur et sa respiration devenait poussive. Byakuya fronça les sourcils. Rukia l'avait vu aussi. Elle allait s'avancer vers le noble du désert, mais Byakuya lui interdit de bouger d'un seul regard. Lui comprenait, car il savait.

Byakuya regarda attentivement ce qu'il se passait. Il capta les yeux de Rukia. Celle-ci, alors qu'elle allait venir au secours d'Hajime, s'arrêta sur place.

Rukia : D'accord, Nii-sama.

Rukia jeta un oeil inquiet vers son ami et son frère, avant de disparaitre dans un shunpo.

Byakuya s'approcha de son subordonné qui était pris d'une vive angoisse et ne parvenait plus à respirer. Il devait avoir aussi perdu de la force, vu que son corps glissait contre le mur. Byakuya savait qu'il n'y avait pas à hésiter, et tant pis pour le reste. Il souleva de ses bras le corps fébrile du shinigami et l'emmena en un clin d’œil à l'extérieur, dans la forêt qui jouxtait le domaine de la Geisha. Il déposa Hajime sous un érable aux feuilles rouge sang et se releva. Le toisant avec bienveillance, le chef de la famille Kuchiki s'adressa à lui d'une voix calme et douce.

- Te sens-tu mieux ici, Hajime ?

Sans lui laisser le temps de parler, il reprit :

- Ainsi donc, cela s'est passé dans un lieu comme ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Jeu 8 Sep - 2:33

Plus rien ne semblait exister en l’esprit d’Hajime que ces crochets qu’il croyait voir au dessus de son visage. Le cliquetis de ce métal menaçant qui rythmait les longues minutes et heures d’une énième journée à passer là, emprisonné par des liens qui l’empêchaient de fuir de ses petites jambes. Une sueur froide glissa le long de sa tempes avant qu’il ne se sente glisser le long de ce mur irrégulier et n’atterrisse que son derrière. La peur… oui il pourrait s’en rappeler. Cette peur qui avait prit place en son sein, au fur et à mesure qu’il commençait à croire que son père ne viendrait point le délivrer..Peut être était ce pour le punir de ne pas avoir obéît…pourquoi ne pas avoir observé les cerisiers fleurir avec son clan… avec sa sœur. Du même coup Hajime se revoyait encore se demander s’il devait rentrer en sa demeure, ayant peur du courroux paternel, bien plus que maternelle pour une fois. C’est alors que cette voix au fond de lui se mit à lui parler…cherchant à lui apprendre quelque chose.. une litanie qu’il chuchotait de sa voix enfantine dans le silence de cette cache…

* Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l'esprit. La peur est la petite mort qui conduit a l'oblitération totale. J'affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers moi. Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là ou elle sera passée, il n'y aura plus rien. Rien que moi.*

Peu à peu cette crainte s’en était aller, appelant à son esprit à tenter d’engager une fuite.. Mais ce souvenir s’estompa, alors que le noble et anciennement troisième siège se sentit soulevé… les yeux lointain sous des paupières à peine abaissé, le souffle lui manquant terriblement. Il entrevoyait quand même son taisho, et éleva une main mais qui se rabaissa presque aussitôt. C’était si familier….une fois de plus Hajime se reporta dans le passé, se rappelant de la douleur en son dos sous l’effet de la blessure, et puis cette étreinte qui le transportait il ne savait ou..mais en qui il avait étrangement confiance. Mais contrairement à ce moment, la voix ne vint pas lui dire de ne pas mourir. Non..mais ce fut une tout autre intonation qui lui fit enfin quitter son état catatonique et qui le fit tressaillir légèrement.

Hajime se retrouvait au dehors en cette matinée.. et au devant de son Supérieur qui venait de s’adresser à lui avec une voix qu’il ne lui connaissait pas vraiment. Sur le moment il éprouva une grande honte à l’avoir ainsi confondu envers cette vision du passé.. et surtout..d’avoir fait prévue d’un si grand oublie et de faiblesse. De plus ou.. était Rukia ? Il ne l’avait même pas vu partir. Soudain il réalisa que sa respiration était bien haletante comme avide de cet air si pur et frai qui l’entourait. Il se redressa sur ses jambes tout en se maintenant d’une main contre l’arbre afin de reprendre son équilibre et abaissa son visage vis-à-vis de Byakuya comme pour prendre cette posture toute respectueuse sous cette honte qu’il éprouvait.


- Je vous présente mes excuses pour cette honte Sihaya..

Une fois de plus il l’avait nommé ainsi afin de prévenir à toutes Oreilles indiscrètes…Mais cependant quelque chose lui fit froncer des sourcils car, son noble homologue venait de reprendre la parole comme s’il n’avait cure de cela… passé ?.... quoi donc… ?.. Bien que fortement troublé, le jeune Yongil se redressa et opta pour un visage qu’on lui connaissait parfaitement.. un calme à toute épreuve bien que son regard était un peu moins insondable.. comme cherchant à comprendre cette bein étrange.. question. Son souffle était redevenu régulier en sa poitrine et c’est après une longue minute qu’il entrouvrit les lèvres pour laisser entendre sa voix douce et posée :

- Oui.

Il était bien inutile de prendre pour un idiot cet homme…Dans le fond que pouvait il ne point savoir ? rien qu’à son regard, et ce même s’il avait peur de réellement le comprendre, Hajime percevait très bien de quoi il voulait en venir. C’est alors que son carnet de dessin qui l’accompagnait depuis son enfance, tomba de son habit, sans doute un peu malmené par tous ses déplacements. C’était pour des croquis dans le Rukongai qu’il s’était rendu vulnérable..En échappant à la vigilance des gardes comme de sa propre famille. Doucement, Hajime se pencha pour le ramasser et l’ouvrit à la page exacte où il s’était évertuer à dessiner les passants..ce fameux jour. Ses doigts effleurèrent chaque tracé avant de se stopper sur celui qui fut manifestement interrompu brusquement…

- Mais comment pourriez vous savoir, alors que cette affaire avait été étouffée?..Jamais personne n’a sut me dire ce qu’il s’était réellement passé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mar 13 Sep - 23:06

Byakuya l'observait tandis qu'Hajime tentait de se remettre. le Capitaine avait compris ce qu'il s'était passé. Il avait fait ce qu'il avait à faire, comme dans le passé. Permettre au shinigami de retrouver la lumière. Hajime avait honte, mais Byakuya ne voyait pas cela de la même manière. Être confronté à ses souvenirs d'enfance était chose terrible lorsqu'on a traversé une épreuve aussi douloureuse et humiliante que celle de son troisième siège. Cependant, il ne s'opposa ni aux paroles d'Hajime ni à l'abaissement de sa tête. Cela aurait été pire pour lui si Byakuya l'avait interrompu. DE toute façon, interloqué par les paroles de son capitaine, le shinigami avait vite repris son attitude distante et calme. Cependant, Byakuya entendait les battements du cœur d'Hajime et ne quittait pas les yeux les signes physiques inconscients de son trouble.

Dans la cohue qui venait de secouer les deux nobles aux cheveux noirs, un petit livret tomba à terre. Byakuya le regarda avec curiosité. Après examen, il conclut qu'il s'agissait d'un carnet à dessin. Le trait était adroit ; la représentation du Rukongai tel qu'il était tracé était fidèle. Hajime était-il l'auteur de ces oeuvres ? Cela n'aurait pas étonné le chef du clan Kuchiki. Pour garder ainsi sur soi une telle chose, c'est qu'elle devait vraiment compter pour Hajime. Ce dernier touchait les pages avec une émotion déguisée. Byakuya comprenait ce qu'il se cachait derrière cette succession de croquis, surtout quand son interlocuteur resta bloqué sur une page et parla à nouveau.

Byakuya n'était pas le roi des confidences. Pourtant, quand il en faisait, elle était de taille. La première qu'il avait faite, Rukia, Ichigo et quelques soigneurs seulement les avaient entendues. C'était lorsqu'il expliquait à sa soeur pourquoi il l'avait prise à ses côtés dans la famille Kuchiki. Il avait regretté d'avoir gardé cela si longtemps dans son coeur.
Et cela recommençait à présent, car Hajime lui semblait aussi triste, aussi blessé, aussi effrayé que Rukia elle-même ce jour-là. Afin qu'après une épreuve difficile, une personne puisse se reconstruire, il avait besoin qu'on lui tende la main. A présent, Byakuya allait le faire une seconde fois. Avec une nouvelle révélation de son passé.

- Je le sais. Parce que j'étais là.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mer 14 Sep - 0:55

Hajime finit par refermer le livre, refusant de voir plus longtemps les tracés juvéniles qui ne furent jamais terminés. Son cœur était si serré en sa poitrine qu’il dut faire appel à tout son contrôle pour paraitre toujours aussi neutre. L’impassibilité.. le manteau des nobles afin de ne rien dévoiler de leur faiblesse. Pendant de longues années, le jeune Yongil avait été celle de son clan et surtout celle de sa mère. Combien de fois le corrigeait elle afin qu’il soit parfait aux yeux de tous, combien de fois surveillait-elle ses entrainements et ses leçons et ce même alors qu’il entrait à l’académie. Dès lors elle lui avait confier le soin de toujours montrer l’exemple à son jeune frère afin que ce dernier ne fasse pas la même erreur de lui… une erreur..qui avait faillit lui coûter la vie et l’honneur de son propre clan.

Ses yeux se voilèrent un instant, cherchant sans doute à retrouver un peu plus de calme en lui-même, avant qu’enfin il ne daigne porter son attention entière sur son ancien supérieur.. lui qui l’avait porter et tirer d’un bien mauvais pas en fin de compte… de ce sous terrain. Mais ce qu’il entendit de sa propre bouche ne put qu’ajouter à son trouble, lui faisant réellement perdre tout son contrôle si parfait d’ordinaire. Ses pupilles se rétrécirent légèrement, alors que ses sourcils s’arquèrent de stupeur… comme il en oublia une fois de plus de respirer. Sa main droite trembla faiblement, avant qu’il n’ait enfin la présence d’esprit de fermer sa bouche qui lui faisait ressembler à un poisson hors de l’eau.

Venait il de bien comprendre? Non ce n’était guère possible.. enfin quoi peut être qu’à cette époque Kuchiki Byakuya avait été nommé comme d’autre à le rechercher ??.. et si… son… ombre ?? en ce cas… ? par un effort des plus étonnant pour ne plus trembler et ce même avec les sourcils froncés cette fois ci, c’est d’une voix parfaitement contrôlée mais stupéfaite qu’il quémanda enfin :


- Vous voulez dire que vous étiez parmit les shinigamis chargés de me retrouver?

Il se lisait en ce regard si souvent insondable.. une certaine hésitation… en réalité.. il aurait voulut demander s’il était .. son ombre. Celui qui le hante en ses songes depuis plus de cinquante ans..alors il se reprit rapidement en parlant cette fois avec plus de gravité encore, alors qu’il ne fit aucun pas en sa direction, se faisant digne et non plus si perdu, comme sachant qu’il était probablement. Jusqu'à confirmation face à celui à qui il devait l’existence :

- Êtes-vous mon ombre Sihaya. Êtes vous celui qui m’a sauvé cette nuit là et mumuré que je ne devais pas mourir ?

* Et en ce cas.. si tel est le cas…Laissez moi l’occasion de vous rendre la pareille, aidez moi a comprendre pourquoi ce silence envers votre identité. *

Le plus étrange c’est qu’il se rappela fort bien pour le coup.. ce jour où il avait été présenté lui et sa soeur auprès des Kuchiki, dont Byakuya. Mais peut être ne s’en rappelait il point.. tout comme lui, venait tout juste de s’en souvenir. A cette époque.. il avait dût lever le nez pour apercevoir le visage alors un peu plus juvéniles de celui qui fut son taisho, tout en récitant ce qu’il avait apprit la veille pour la bienséance. Cette fois si .. Hajime ne décrochait plus son regard sombre de celui de Byakuya, suspendu à la moindre de ses paroles, tandis que tout ce qu’il voulait lui dire à propos du Hueco Mundo semblaient s’être envoler…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mer 21 Sep - 0:00

Le capitaine se souvenait parfaitement de ce jour-là. Il n'était pas encore capitaine, mais il avait déjà son apparence adulte de Shinigami. Hajime, lui, était encore un enfant, peut être un adolescent, difficile à dire, tellement la peur et la misère lui donnaient une apparence juvénile. Le lieu où il était gardé en captivité était sordide, horrible. Le sort réservé aux petits prisonniers était terrible.
Byakuya était encore à l'époque un homme sensible et réactif. Il eut la nausée pendant toute l'intervention dans ces bas-fonds. Lorsqu'il avait découvert Hajime (qu'il connaissait puisque les Yongils et les Kuchikis avaient des relations amicales connues de la Soul Society), le coeur de Byakuya avait bondi dans sa poitrine et s'était précipité de rage sur les bourreaux du jeune shinigami. Après avoir secoué le sabre pour en chasser le sang qui le salissait, le noble délivra Hajime et le souleva dans ses bras solides.
Par la suite, Byakuya avait discuté avec le père d'Hajime et déclara qu'il souhaitait que son intervention reste secrète. Lorsqu'il quitta le domaine des Yongils, il se jura qu'il devait apprendre à mettre de la distance entre son travail de shinigami et ses sentiments. C'était la première étape de la métamorphose de Byakuya en un être froid et renfermé. La seconde et décisive étant la mort d'Hisana, peu de temps après.

Hajime était mal à l'aise, sûrement car cela le ramenait à une période noire de son existence. Dire qu'au départ, il était juste censé faire un rapport sur sa mission à l'Hueco mundo. Au lieu de cela, des souvenirs affluaient juste à cause d'une coïncidence malencontreuse. Rukia avait cru bien faire, pour tromper l'ennemi. Elle ne savait pas. Et si elle l'apprenait, elle ne saurait plus où se mettre. C'est pourquoi Byakuya l'avait congédié, pour ne pas perturber plus encore sa soeur et son Siège.

- Effectivement, j'étais bien présent ce jour-là. Une équipe de la Sixième Division était chargée de faire tomber le trafic de ces truands.


Il n'entra pas dans les détails. Il ne souhaitait pas remuer le couteau dans la plaie. Cet évènement était beaucoup trop douloureux pour le remémorer. Mais c'était trop tard; il suffisait de voir le visage qu'il affichait pour comprendre qu'Hajime était perdu dans ses souvenirs.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mer 21 Sep - 13:22

Hajime semblait un peu lointain, comme s’il se rappelait encore le regard sévère de sa mère envers sa désobéissance qui avait faillit coûter chère au clan. Sans parler des yeux emplis de tristesse de sa sœur, celle sur qui tout le clan reposait en tant qu’héritière. Celle avec qui il partageait bien des choses, et qui le comprenait le mieux quand il ne proférait aucun mot. Au vu de leur naissance rapprocher ils étaient presque considérés comme jumeaux, mais un seul d’entre eux fut désigné pour la direction du clan, quand à l’autre il se devait d’entrer au sein du Gotei Treize. Jusque là il n’avait fait aucun faux pas et conservé une conduite irréprochable. Du moins jamais on ne lui avait fournit le contraire. Ses paupières s’abaissèrent un instant comme s’il refaisait surface, et contempla celui qui se dévoilait enfin.

Savait-il combien de cauchemars avaient accompagné chacune de ses nuits depuis lors ? savait-il combien de jours il espérait percer le mystère de cette ombre qui le sauvait. A cet instant Hajime avait envie d’éprouver de la colère, mais il n’y parvenait pas. Pourtant par le passé.. il n’était pas rare qu’il s’éveil en sueur avec une envie irrépressible de poursuivre cette ombre et lui dire toute la frustration qu’il éprouvait. Cela en général terminait à de longue nuit a s’entrainer au sabre afin de se canalisé..Mais jamais il n’avait de réponse. La colère n’était plus mais l’incompréhension demeurait encore. Ses bras étaient le long de son corps, alors que sa respiration soulevait lentement sa poitrine, démontrant qu’il était absolument maître de lui-même et calme..Pourtant sa voix ne fut point aussi assurée et laissa transparaitre sa tristesse, preuve qu’il était encore bien jeune malgré ses airs si adulte et responsable.


- Pourquoi ne pas vouloir une seule fois me le révéler en ce cas, tandis que je suis entré sous vos ordres ?Je ne suis pas assez accompli a vos yeux ?

Il y avait là beaucoup de solennité en ce qu’il disait, mais aussi un respect blessé. Puis son regard sombre se porta sur la main blessée de Byakuya. Il savait pertinemment que jamais son ancien supérieur n’autorisait à quiconque de le soigner. Hajime n’avait jamais tenté de l’en dissuader et s’était jusque là toujours préoccupé à protéger son flanc droit, afin qu’il soit plus à l’aise.

- Lorsque je me suis proposé afin d’aller au Hueco Mundo, je redoutais plus que tout ce que je venais d’accepter. Je savais que ce monde m’attirait et risquait de me détourner de tous mes devoirs. Mais j’en suis revenu, même si mon cœur me pousse à y retourner tant pour la résistance que pour apporter ce qu’il manque à ce désert si…. Inerte. Ma dette envers vous se doit d’être faite. Mon clan l’exige et vous savez que votre refus mettra ma famille dans une situation de honte. Je ne pouvais certainement pas accomplir une telle chose du haut de mes dix années, mais aujourd’hui je le puis.

Oui vraiment.. en revenant il ne songeait qu’à faire son rapport.. mais voila qu’Hanataro lui avoue une chose qu’il ne pouvait accepter de par sa condition que comme.. le fait que c’était bien trop étrange… Jamais il n’avait connu l’amour alors comment comprendre cela ? Lui a qui on avait apprit à faire que des devoirs. Il se rapprocha dès lors de celui dont il devait son existence jusqu’à ce qu’un mètre ne les sépare et reprit.

- Yamada Hanatarou m’a apprit quelques techniques de soin et je tiens à guérir votre main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Sam 1 Oct - 0:42



Byakuya ne quittait pas les yeux d'Hajime. Il savait que son Siège avait subi un gros choc à cause du lieu où ils venaient de s'extirper et de l'annonce qu'il lui avait faite. Normal qu'il ne se sente pas au meilleur de sa forme. Le shinigami hésitait entre la colère et la stupeur. Byakuya comprenait ce qu'il pouvait ressentir. Il avait dû mettre de l'espoir dans ce moment où on l'avait sauvé des ténèbres. Alors pourquoi avait-il dû souffrir encore alors qu'il ressortait de l'enfer, se taire alors qu'il avait envie de crier ? Il n'allait pas jusque là, mais la façon dont il prit la parole était porteuse de ce terrible sentiment qu'était la tristesse.

Hajime était encore jeune, mais il était capable d'entendre vraiment d'entendre la vérité. Ce qui n'était pas le cas à l'époque de son sauvetage. C'était une question d'honneur et de noblesse. Afin de protéger le clan Yongil du mal qu'aurait pu lui causer un tel évènement. Afin de protéger l'enfant qui avait subi humiliations et violences sans pouvoir s'en défendre. Byakuya allait lui donner des explications, mais pour le moment, il le laissait s’exprimer.

Hajime avait avancé une chose à laquelle l'ancien Capitaine n'avait pas pensé. En l'envoyant à l'Hueco Mundo, il s'était juste dit que le shinigami serait plus à l'aise en cas d'attaque et qu'il serait presque en domaine conquis. Mais il n'avait pas tablé sur une quelconque attirance, voire même fascination et empathie pour le désert des hollows. Justement parce qu'il n'avait rien à voir avec les autres déserts. Byakuya avait commis une erreur, et il avait justement rattaché Hajime à une part de ses racines. Le Kuchiki avait encore des difficultés à comprendre les autres et se mettre à leur place. Il avait vu Hajime à l'hueco Mundo comme une avancée stratégique, sans vraiment prendre en compte les désirs et les atomes crochus de son Siège et son Zanpakuto.

Néanmoins, c'était l'occasion (une fois de plus) pour Hajime de prouver sa force de caractère, son courage, et sa fidèlité à la Soul Society. Il n'avait pas succombé au chant des sirènes du désert hollow et était revenu en terre plus hostile pour faire son rapport. Pour cela parce qu'il se sentait redevable envers Byakuya et qu'il avait le même sens aigu de l'honneur que lui. Au point même que sa reconnaissance ne prenait pas compte des dangers éventuels de sa proposition, alors qu'Hajime et Byakuya étaient à moins d'un mètre l'un de l'autre.

- Que Yamada Hanatarou t'ait appris des sorts de guérison est une excellente chose. Vouloir me guérir nettement moins. Tu n'ignores pas, je crois, la menace qui pèse sur tous ceux qui tenteront de guérir les capitaines blessés : ils subiront le même sort. Je n'accepterais jamais qu'un de mes subordonnés soient tués ou gravement touchés par ma faute.

Son regard n'acceptait aucune réplique. Pourtant il était persuadé qu'Hajime allait insister. Malgré leurs positions hiérarchiques. Car quelqu'un qui doit sa vie à un autre est prêt à dépasser son refus. en attendant, Byakuya se chargea de changer de sujet et revenir au premier qui les préoccupaient tous les deux.

- Veux-tu savoir pourquoi je n'ai pas révélé mon identité ? pourquoi tu n'as rien su ?


Ses yeux violets, froids comme de la glace, ne se séparaient pas du sérieux et de la gravité qui l'habitaient en permanence.

- Pour te protéger et protéger ton clan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Sam 1 Oct - 15:13

Le noble Yongil ne bougea pas d’un pouce. Il faisait face à son ancien supérieur avec un visage des plus graves, sous ses traits encore bien juvéniles et calme. Mais au fond de lui la détermination comme le trouble étaient de mise. Son regard scrutait celui que beaucoup redoutait, et il ne pouvait y lire que franchise et froideur, alors qu’il venait de lui demander de le laisser soigné sa blessure. Ses sourcils se froncèrent légèrement face au refus de Byakuya qui lui rappelait bien inutilement le pourquoi il ne serait pas bon qu’il le fasse. Mais Hajime voyait les choses d’une tout autre façon. Malgré tout il ne coupa aucunement la parole envers celui qu’il appelait le Sihaya… et se contenta de l’écouter sagement en ce qui concernait le choix de se taire.

Ces quelques mots suffirent pour abaisser cette sourde colère qu’il éprouvait pourtant chaque matin, après avoir essuyé un énième cauchemars sur le sujet… Cette ombre qu’il voyait comme son sauveur et comme sa damnation. Maintenant elle avait un nom et un visage.. “Kuchiki Byakuya ».. et alors sa dévotion ne pouvait être que plus grande. Son corps se détendit, tandis que son souffle se faisait plus profond, affichant par là une apparence parfaitement calme.. Maîtresse d’elle-même. Un aspect qui reflétait ce qu’était Hajime de tout temps au sein du Gotei Treize jusqu’à maintenant. Comme si ce moment de faiblesse n’avait pas existé. Cet homme avait pensé à son bien avant lui-même. Un tel homme ne mérite pas d’être ainsi privé de ses moyens optimum. Le shinigami fit un pas de plus et laissa sa voix sereine et atone se manifester dans les airs.


- Mon clan vous sera à jamais redevable d’une telle justesse de votre part et si par le passé je ne pouvais le comprendre et vous ai maudit par ignorance, je n’éprouve plus que de la paix en moi-même. Je vous ai toujours estimé et ce depuis mon plus jeune âge alors que mon clan me préparait à accepter la vie de shinigami. C’est en vous voyant lors d’une réunion important, quelques mois après cette histoire, que j’ai admis à mon père vouloir entrer au sein de la sixième Division. Père m’avait alors demandé pourquoi, et je vous ai montré du doigt en disant « Je veux servir cet homme » Je comprends dorénavant ce sourire énigmatique qu’il m’a alors offert.

Une fois de plus Hajime avait parlé bien plus que la moyenne, chose qui surprendrait aisément son clan lui-même.. Cependant de ne fut pas tout et le Shinigami reprit :

- Je sais parfaitement ce qui me coûtera de faire ce geste envers vous Sihaya. Mais depuis longtemps, vous savez pertinemment que je n’agis pas par spontanéité. Nous n’avons pas à obéir aux menaces de nos ennemis, et nous avons besoin de votre force en nos rangs. Ils veulent simplement par cette menace nous priver de notre détermination. Si je suis blessé ou touché à l’avenir n’ y voyez pas une faute de votre par, car cette décision je l’ai prise en bonne conscience. Si faute il y a, elle sera uniquement mienne. Je ne le fais pas en tant que subordonné, mais à mon propre nom. Mon clan est considérer comme sous l’emprise des Ushinawa, personne ne lèvera la main pour leur porter atteinte. Seul moi serai la cible.

Le regard de son ancien taisho, bien qu’emplit de dureté ne le fit point reculé. Hajime était déterminé à remplir son devoir. Mourir pour que la résistance y gagne un capitaine en pleine puissance et maître de son art était un honneur, et ce même s’il ne pourrait pas achever son Hajra. Ghanima en son esprit, paraissait aussi serein que lui envers cette décision.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mar 11 Oct - 22:18

Les deux hommes ne se quittaient pas des yeux. C'était presque un affrontement entre eux. Savoir qui céderait le premier. Deux hommes d'honneur, ayant le sens de la noblesse et du respect. Décidés. Ils se ressemblaient tellement tous les deux qu'on aurait pu croire qu'ils étaient frères.
Hajime, après un long moment de silence, se décida à répondre à son capitaine. Il faisait des révélations. Byakuya comprenait les émotions d'Hajime, et tant pis si pendant des années, ce dernier avait maudit l'ombre qui l'avait sauvé. C'était une chose évidente. Mais la raison de cette dissimulation l'était tout autant. Par protection. Maintenant que le shinigami pouvait encaisser une telle nouvelle avec sérénité, Byakuya n'avait pas d'objection à lui révéler. Il se sentit néanmoins touché par la révélation du jeune shinigami. Lorsqu'il était encore enfant et qu'il avait souhaité s'engager dans la Sixième Division. Etait-ce parce qu'il reconnaissait les valeurs du Capitaine, ou bien...avait-il un pressentiment sur son sauveur ? C'était une coïncidence si forte qu'on ne pouvait pas croire au hasard, mais bel et bien au destin.
Byakuya l'écoutait avec bienveillance. C'était tellement rare qu'Hajime s'exprime. Encore plus qu'il se confie ainsi. C'est pourquoi il laissa son ancien Siège s'exprimer jusqu'au bout, même lorsqu'il relança sa proposition de soigner la main blessée du capitaine. byakuya hésitait. Tous les deux étaient bien conscients des risques. Byakuya fronça les sourcils; Il n'avait pas vraiment envie de mettre en danger Hajime.

- Vous voulez dire que je me suis plié devant l'ennemi ?

Byakuya avait un peu tiqué. En refusant d'être soigné, cela voulait dire qu'il s'était soumis. C'était un peu vexant. Pourtant, Hajime n'avait pas tort. Même si l'ancien capitaine ne voyait pas la chose de la même façon.
Il ne savait pas vraiment ce qu'il y avait à faire, cependant. Hajime ne bougerait pas. Mais si cette guérison entrainait la mort de son adjudant, il se s'en remettrait pas non plus. La situation était légèrement bloquée.

- Faire ceci vous exposerait à la colère de nos ennemis. Je suis fréquemment surveillé par Yoruichi Shinhoin. Elle ne vous manquera pas si elle constate la moindre différence. Je préfère les blessés aux morts.

Il fit une pause avant de reprendre dans un soupir qui annonçait qu'il laissait tomber sa résistance.

-Je sais néanmoins que vous ne céderez pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mer 12 Oct - 23:40

Hajime n’en démordait absolument pas, et affrontait le regard de son supérieur avec tout autant d’intensité. Pour une fois, il voulait simplement que son sauveur l’écoute, pour une fois il voulait s’imposer, lui qui d’ordinaire ne faisait que protéger ses arrières et accéder à ses ordres. Notre shinigami n’avait jamais été de nature rebelle, mais quelque peu têtu. Ne bougeant pas, le noble shinigami laissa simplement Byakuya reprendre la parole. Ce dernier lui quémanda s’il voulait dire qu’il s’était plié devant l’adversaire. C’était en partie vrai, mais Hajime n’ignorait pas l’impacte que pouvait avoir Yoruichi. Même s’il ne la connaissait que brièvement, il connaissait un peu le personnage ne serait ce que de la bouche des anciens de son clan qui lui avaient apprit les différentes personnalités qui faisaient les grandes maisons.

- Vous savez que je ne remet pas en cause votre honneur. Je veux tout simplement vous dire de ne pas me protéger. Je ne suis plus un enfant et en tant que votre Subordonné c’est à moi de vous rendre ce que l’on vous a prit.

S’il devait se confronté à cette femme et bien soit, c’était son choix, mais il aura de toute façon renforcé la résistance d’un bras plus ferme encore. Sans doute que Byakuya le reconnu car en sa réflexion qui suivit, il semblait vouloir se soumettre à son idée. Hajime inclina légèrement son visage avec gravité avant de faire quelques pas encore en sa direction, non sans regarder aux alentours. Personne ne paraissait être dans le coin, et il repéra une petite souche qui pouvait aisément faire office de siège. Le jeune shinigami passa juste aux côtés de son supérieur avant de l’invité d’un geste respectueux le dit siège, en se plaçant sur le flanc.

- Sihaya, Je puis vous assurer que je ne me laisserai nullement faire, du moins pas facilement. De plus je ne puis mourir, car j’ai encore des choses à accomplir. Je ne puis me le permettre.

En effet, s’il venait à mourir qui protégera son taisho, hormis Renji. Comment sa mère pourrait enfin le considérer autrement que comme cet enfant turbulent et qui n’avait pas même eut la bénédiction de son père pour être l’héritier. Qui apprendra à Hanataro à redresser la tête et être fier de ce qu’il fait. Mais surtout, comment pourrait-il revoir cette Arrancar, et le Shai hulud ? personne non .. Personne ne pouvait mieux comprendre le désert que lui. Attendant son Taisho, il porta une main en sa poche droite et ressentit la fiole que lui avait offerte Nell. Il voila doucement ses paupières et ressentit comme le souffle d’un vent chaud sur son visage juvénile, ainsi que le sable sous ses pieds pourtant encrées dans l’herbe. Les visions de ce lieu sordide avaient désertés son esprit, seul restait sa volonté de soigner celui qui l’avait sauvé, son devoir et ce rêve à accomplir.

Lorsqu’Hajime rouvrit les yeux ce ne fut que pour observer le gant de Byakuya, qui calfeutrait sa blessure tout en se remémorant les gestes qu’il devra opérer ainsi que la manière de gérer son reiatsu afin d’être le plus optimum possible. Jamais encore il n’avait pratiqué, enfin si légèrement, mais pas pour une telle blessure et surtout aussi vieille. Combien de fois avait il surprit le noble cacher la douleur sous son masque d’impassibilité. Jamais il ne lui avait fait le moindre commentaire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mer 26 Oct - 0:01

Byakuya et Hajime entraient dans un conflit silencieux. Difficile de savoir qui serait le gagnant. Tous les deux voulaient exactement la même chose. Protéger l'autre. Byakuya jouait son rôle en tant que Capitaine, noble shinigami mais aussi ami de la famille Yongil. Sans compter bien sûr les sentiments amicaux qu'il ressentait à l'égard de son Siège. Hajime, lui, se sentait redevable à Byakuya pour ce qu'il s'était passé et dont il savait maintenant la teneur. Plus le respect qu'il avait envers lui depuis de nombreuses années. Autant dire que la partie risquait de trainer en longueur.
Jamais Byakuya n'avait vu Hajime se mettre dans cet état. Il était évident que c'était important pour lui. C'est pourquoi le Capitaine fit l'impasse sur la remarque qui aurait pu être vexante si elle avait été dite par une autre personne. Néanmoins, le Noble n'était pas pour autant d'accord pour qu'Hajime prenne un risque inconsidéré. Il se débrouillait bien pour l'instant avec une main, à quoi cela servait-il de vouloir absolument le guérir et risquer sa vie ? Un guerrier n'est pas utile s'il est mort.

C'est après un long moment de réflexion que, chose suffisamment rare pour être signalée, Byakuya céda et se dirigea vers son subordonné qui s'installait à côté d'une souche d'arbre. Afin d'optimiser la guérison, Hajime cherchait à installer son Taisho confortablement. Le chef des Kuchikis se déplaça jusque là d'un pas lent et souple et s'assit en douceur sur le moignon végétal.

- Ta ténacité et tes arguments m'ont convaincu, bien que cela soit à contre - cœur.

Il montrait ainsi son désaccord entre sa pensée et ses gestes, mais il ne pouvait faire autrement. Hajime avait une sagesse qui tombait juste et qu'on ne pouvait nier. Normalement, les lieux où ils se réunissaient en cet instant était à l'abri de la moindre observation du camp adverse. Pourvu qu'il n'y ait vraiment aucune fuite. Sinon Hajime allait courir dans l'avenir un énorme danger dont Byakuya serait en partie responsable, n'en déplaise à son subalterne.

- Maintenant que tu as donné la parole que tu resteras en vie, ne trahis pas ton serment.


Ou comment dire avec pudeur et circonvolution : faites attention à vous.

Byakuya retira enfin le gant qu'il portait afin de laisser apparaitre sa main à nu. On voyait nettement la blessure, à présent. Double blessure, puisqu'il s'agissait à la fois d'une profonde fracture au niveau des os, et une brûlure de haut degré provoquée sans nul doute par un sort de Kido.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mer 26 Oct - 15:39

Patiemment Hajime attendait que son supérieur fasse un geste, sans même l’interrompre alors qu’il lui démontrait parfaitement qu’il acceptait sans être vraiment d’accord. Dans d’autre temps, peut êre que le noble aurait sourit, mais ce dernier n’était plus aussi aisé à venir à ses lèvres juvéniles, que par le passé. Il se contenta simplement de voiler son regard comme comprenant en quelque sorte la réprimande que Byakuya lui offrait, avant de se placer à ses côtés et prendre place sur la souche qui faisait office de siège. Une fois de plus notre ancien Roku ban tai San seki se vit rappeler son serment. Une attention déguisé que les nobles reconnaissaient parfaitement. Une chose si banale en leur milieu si emplit de pudeur et de manières, cela pouvait aisément donner mal aux crânes au non initié de ce monde ci. Hajime ne répondit point et se contenta d’incliner légèrement son menton, et vint s’agenouiller à ses côtés, tandis que ce dernier retirait son gant afin de lui présenter sa blessure.

A la vue de cette chair brûlée notre jeune shinigami fronça imperceptiblement des sourcils, alors qu’il ne pouvait point s’empêcher de ressentir une légère colère effleurer son cœur. Il aurait dû être plus vigilant ce jour là, être en sa présence pour lui évité une telle marque. Bien qu’encore un peu néophyte en la matière, Hajime se remémorait parfaitement ce qu’il avait apprit d’Hanataro. Pour mieux se concentré, il voila ses pupilles ombrageuse un court instant avant de placer ses doigts sur l’ossature du poignet. Sans appuyer il pouvait parfaitement ressentir la fracture un peu complexe. Apparemment cela commençait doucement à se ressouder, mais point comme il le faudrait.


- Votre fracture commençait à guérir, mais point comme il faut. A la longue vous seriez définitivement handicapé de votre main droite.

Sa voix était aussi calme qu’un médecin qui donnait son diagnostique, proférant simplement les fait. Mais cette analyse permettait aussi à Hajime de prendre un peu plus d’assurance sur ce qu’il allait faire. Cela n’allait certainement point plaire à son supérieur et lui-même s’en voulait de faire une telle chose, cependant c’était le seul moyen. Il plaça sa main droite juste au niveau du poignet, puis attrapa la paume du noble de sa jumelle opposée. Notre shinigami releva son regard auprès de Byakuya avec un air calme mais grave :

- Il va falloir que je casse cette soudure naturelle mal placée, afin de remettre ensuite votre poignet dans sa véritable position. Ceci risque d’être fortement douloureux mais bref.

Il raffermit légèrement son étreinte, se mémorisant en son esprit le geste exacte qu’il devait faire, tout en ne quittant pas du regard son supérieur.

- Prêt?

Ce ne fut qu’a son acquiescement qu’Hajime tira fortement cette main vers l’avant tout en contorsionnant le poignet. Un son sec et osseux se fit entendre, avant que de manière véloce et d’un geste maîtrisé, le shinigami manipula le squelette afin de parvenir à ses fins. Un autre craquement se fit entendre, tandis qu’il pu ressentir la tension des muscles de ce bras fort qu’il avait toujours juré de servir. Lentement, Hajime expulsa l’air de ses poumons, soulager d’avoir réussit la manœuvre. Mais ce n’était point tout. Il fallait ressouder rapidement et en cela, il plaça sa dextre sur la peau meurtrie de Byakuya et y concentra son reiatsu. Cela dura plus d’un quart d’heure avant qu’il ne cesse l’opération. Pas une seule fois il n’avait relâcher la partit articuler du poignet, afin de sauvegarder la bonne position, pas même lorsqu’il retint son énergie pour attraper dans sa cape une sorte de baume. Il l’avait emprunté dirons nous à Hanataro sans qu’il ne le sache vraiment. C’était une précaution envers lui-même, si jamais il se retrouvait blessé et coincer loin de la résistance. Cependant il n’avait point songé qu’elle servirait pour son supérieur.

Doucement il l’appliqua sur la brûlure qui semblait peu à peu prendre une tout autre figure..il lui faudra tout de même quelques temps avant que la peau ne se régénère, mais il ne devrait rien y rester en définitive. Après cela, le noble Yongil paraissait un peu plus pâle que d’ordinaire, tandis qu’en dernière opération il avait retiré de sa chevelure son long ruban noir et le retint entre ses lèvres alors qu’il entreprit de casser une toute petite branche. Il plaça chacun des bouts le long du poignet de Byakuya et vint bander le tout avec son ruban. N’observant pas une seule fois le visage de celui qu’il nommait depuis toujours Sihaya, Hajime se contenta simplement de dire, avant de relâcher enfin son bras :


- Il vous faudra le garder deux jours durant, afin que ma soudure soit pleinement utile. Après cela vous pourrez retirer les cales, mais gardez le bandage afin que votre brûlure ne soit pas en contacte direct avec votre gant. Cela risquerait de l’irrité et ralentir l’efficacité du baume.

Sa voix était à la fois atone et apaisante, alors qu’un long frisson venait de lui parcourir le dos. Certes il avait dormit de tout son saoul cette nuit mais il savait qu’il avait trop tiré sur la corde et il n’avait jamais soupçonner que faire ce genre de soin pouvait ainsi le drainer de son reiatsu. Vraiment que l'on pouvait être stupide que de croire la quatrième division si faible. Sans le paraitre, il retint discrètement à la souche, prenant le temps d’un repos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Jeu 3 Nov - 23:39

Alors qu'il avait dévoilé sa blessure, Byakuya se montra soudain assez mal à l'aise. Encore heureux n'était-il qu'en la présence d'Hajime et non de Renji ou un autre de ses subalternes. Ou adversaires. Il détestait se montrer vulnérable. Il n'avait cependant pas le choix. Il devait guérir pour pouvoir porter plus haut l'oriflamme de la Résistance. Même si cela devait coûter au soigneur. Car la guerre se montrait injuste, toujours. Et en tant que chef de guerre, Byakuya devait apprendre à sacrifier des pions avant de lancer le Roi dans la bataille. Malgré les questions éthiques que ces choix soulevaient. Seulement, des sacrifices, il en avait beaucoup trop vu. Il en avait trop fait. Il supportait de moins en moins de devoir laisser des gens derrière lui et continuer d'avancer sur un chemin jonché de blessés ou de cadavres. Si seulement le Gotei 13 avait la moindre idée de ce qu'il était arrivé à leurs capitaines et leurs alliés...Mais ils n'avaient même pas l'ombre d'une piste. Devait-on les garder en vie ou les tuer sans sommation ? Ils ne parvenaient même pas à prendre cette décision. Le Status Quo était encore pire que tout.

Byakuya fut tiré de ses pensées par les soins qu'Hajime commençait à prodiguer. Ce dernier lui expliqua clairement ce qu'il ressentait sous ses doigts. Soit Hanatarou était un excellent professeur, soit Hajime un excellent élève. Ou peut-être les deux hypothèses pouvaient cohabiter. Le Capitaine trouvait qu'il avait une certaine maîtrise de lui et de la médecine shinigami pour apporter un diagnostic aussi rapidement et justement. Le chef de la famille Kuchiki lui accordait une entière confiance. Même si Hajime était novice, il n'aurait pas pris le risque de mal soigner son supérieur en proposant son aide. La bonté a une limite : celle de l'inconscience. Or le shinigami du désert savait toujours ce qu'il faisait.

Byakuya donna son aval en inclinant légèrement et brièvement sa tête. Il se concentra sur lui-même et sur son Zanpakuto, Senbonzakura, afin de ne pas ressentir la douleur trop intensivement. Cette sorte de méditation allait permettre à Hajime d'agir sans craindre des réactions comme un mouvement du poignet qui risquait de mettre à mal l'intervention, ou d'un clignement de paupière qui illustrerait sa souffrance. Il resterait de l'extérieur immobile et distant avec l'extérieur. Hajime effectuait des manipulations mécaniques sur l'articulation. Byakuya était totalement détendu. Son esprit évacuait toute forme de sensation extérieure. Des années d'entrainements étaient nécessaires pour un résultat de cette ampleur. Il n'avait pour indication sensorielles que de légères secousses au niveau de son poignet. Byakuya savait qu'il ressentirait tout lorsqu'il relâcherait son attention, mais pour l'instant rien ne pouvait l'attendre, pas même le temps qui passait.

Après s'être occupé du poignet, Hajime s'attaquait à la brûlure. Byakuya relâcha légèrement son état méditatif pour observer Hajime. Il se débrouillait vraiment bien en kido. Par contre, il puisait trop dans son reiatsu et commençait à perdre des couleurs. Byakuya fronça les sourcils. Hajime défit le ruban qui lui maintenait ses cheveux et entreprit de faire une attelle à son supérieur à l'aide d'une branche d'arbre. Avait-il sciemment choisi une branche de cerisier ? D'une main sûre, il équipa Byakuya, concentré sur sa tâche. Avant de donner ses instructions, une "ordonnance", si on souhaitait jouer sur les mots.

Les soins avaient vidé une bonne partie de ses réserves en reiatsu. Byakuya devait le remercier pour ce qu'il venait de faire pour lui. Sortant de sa concentration, il se mit à dégager du Reiatsu. Pas trop fort, ils devaient rester discrets, tous les deux. Mais suffisamment. Il posa alors sa main valide sur l'épaule d'Hajime et se mit à lui transférer progressivement de son énergie spirituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Sam 5 Nov - 1:27

Toujours en se retenant légèrement à la souche, Hajime reprenait lentement quelques forces quand il sentit un main se poser sur son épaule. Un tressaillement le prit lorsqu’il sentit le reiatsu insufflé en son être sans brusquer le sien, bien au contraire, il le stimulait. Relevant son regard vers son supérieur, le noble shinigami laissait entrevoir une certaine surprise qu’il n’arrivait pas encore à pleinement caché. Du point de vu masque d’impassibilité il avait encore à apprendre de Byakuya. Peu à peu les couleurs lui revinrent aux joues et son moment de faiblesse s’évapora de ses muscles. Il ne s’était certainement pas attendu à un tel geste et n’en fut que plus reconnaissant en abaissant légèrement son visage vers le bas. Ses jambes cependant n’étaient pas encore pleinement remisent, aussi Hajime se contenta de rester immobile attendant que tout ses moyens lui reviennent pleinement et surtout que son supérieur cesse ce qu’il avait à faire. Le noble n’allait certainement pas l’interrompre au risque de se montrer impoli.

La sueur vint à disparaitre de son front, et son souffle se fit plus lent et apaisé en sa poitrine. Pendant cela, notre ancien Roku ban tai sans seki se revit dans le désert, voilant son regard, il pouvait même ressentir le vent , ce El sayal qui portait le sable. Etrangement cette sensation emplit tout son être jusqu’à entrer en contact direct avec le reiatsu influé par Byakuya. Une sorte de connexion involontaire, brève et éphémère, car bientôt la vision de ce désert si terne par le règne si odieux de l’astre lunaire, s’évanouissait, offrant un frisson t à la base de sa nuque.

Non Hajime ne l’avait pas oublié, et un jour il y retournerait… mais avant cela il devait accomplir son devoir. D’ailleurs cette sensation aussi brève fut-elle éveilla Ghanima au fond de son Sietch.. et s’aventura dans le Sareer ( étendu de sable), marquant le sable de son immense queue formé d’anneaux. Son regard d’un bleu sur fond bleu, semblait regarder ailleurs, comme percevant cette énergie qui n’émanait pas de son maître.. enfin maître.. il ne l’était pas encore pleinement car après tout, Hajime ne l’avais encore jamais vaincu. Ce dernier ouvrit à nouveau ses yeux sombres et sentit qu’il pouvait à nouveau se relevé sans aucun effort. Ce n’est qu’a ce moment parla de sa voix tranquille et atone, comme soucieux cependant du résultat qu’il venait d’accomplir. Après tout.. Byakuya avait été son premier patient pour le coup.


- Bien que votre attelle soit en place, j’espère que vous ressentez déjà une nette différence, Sihaya

Il en serait que plus déshonoré que d’avoir manqué sa guérison. Il ne voulait pas mêler à cela Hanataro. Car si les foudres devaient tomber et qu’elles viennent de Yoruichi et bien c’était à lui de les recevoir et personne d’autre. Cependant, Hajime avait promit de vivre et non de se laisser faire et il tiendrait parole. Aucun regret ne se trouvait en son sein, mais comme une sorte de recueillement sur ce qu’il venait de faire. L’honneur de son clan était sauf et sa faute racheté. Quoi qu’en vérité elle ne sera racheté que lorsqu’il aura put survivre à ce qui l’attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mer 23 Nov - 10:28

Hajime semblait surpris par le geste de générosité du Shinigami. Byakuya n'est pas un habitué de ces comportements. Il était juste reconnaissant de ce qu'il avait fait pour lui, même si à partir de maintenant, l'ancien capitaine serait très inquiet pour son Siège. Il cacha cependant son trouble et conservait son indifférence habituelle pour ne pas alerter outre mesure Hajime.
Depuis combien de temps Hajime apprenait la guérison ? Quand on voyait le résultat, on ne pouvait qu'être admiratif. Il est vrai qu'une personne comme Unohana Taisho aurait pu carrément ressouder la main. Mais on ne pouvait pas faire la comparaison entre les deux. Surtout si Hajime débutait. Byakuya se releva et fit des mouvements du poignet. L'attelle aidait vraiment.t Il s'empara de son Zanpakuto. Il libéra le shikai et se mit à le diriger avec sa main. LA douleur était inexistante, malgré les mouvements secs de sa main. Il rappela Senbonzakura et remit son épée dans son fourreau.

- Ton intervention a beaucoup amélioré l'état de ma main.

Il avait dit cela d'un ton bienveillant. Pour changer immédiatement ; il afficha un visage grave. Ses sourcils s'étaient froncés. Il était vraiment soucieux à présent.

- Seulement, à présent, il va te falloir être encore plus prudent que d'habitude. Je ferais de mon mieux pour cacher cette guérison. Mais les Ushinawas sauront. Tôt ou tard. Surtout Yoruichi. Je n'ai pas détecté de chat dans les alentours, ni de reiatsu. Cependant elle agit en duo avec Urahara et utilise de vicieux stratagèmes pour nous traquer. Méfie-toi des moindres signes étranges. Reste en permanence sur le qui-vive et évite de rester seul. Car nous devons nous attendre forcément à des représailles.


Il détourna son visage et s'avança vers l'intérieur du bâtiment.

- Si tu souhaites sortir de ce jardin sans repasser par les caves de cette maison...


Il avait prononcé le mot "maison" avec du mépris.

- ...il y a un passage dans le mur Est.

Avant de disparaître dans l'obscurité des caves, il se retourna vers Hajime et dit une phrase qu'on ne lui connaissait pas. Par ces temps de troubles, Byakuya laissait tomber quelques barrières dans son comportement psycho-rigide.

- Sois prudent.

Il reprit sa route et s'enfonça dans les noirs boyaux de la maison de passe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   Mer 23 Nov - 20:10

Debout désormais, Hajime contemplait son ancien Taisho en train de vérifier sa mobilité recouvré en ce qui concernait son poignet. Il se recula juste d’un pas lorsqu’il enclencha son shikai et aussi éphémère fusse l’action, le noble ne pu s’empêcher d’admirer cette image aussi funeste que sublime. Dans un sens c’était assez semblable à son propre shikai sauf que l’essence n’était pas comparable, le sable avait ces règles que Senbonzakura n’avaient point et vis vers cela. Pourtant il détacha son regard sombre de ce spectacle pour mieux étudier le résultat de ses soins. Les gestes étaient encore un peu sec, mais il ne semblait plus avoir de douleur ni trop de gêne, signe qu’il avait bien fait son travail.

Cela le rassura intérieurement et il s récompensa d’un faible sourire sur ses lèvres. Oui un sourire. Une chose fort rare chez le jeune Sihinigami, et encore plus depuis ces temps ci. Ce n’est que lorsque le Shikai disparut qu’Hajime cessa de sourire et observa avec sérieux son supérieur qui le surprit par son ton. Jamais encore il ne l’avait entendu parler de la sorte.. Cependant il se garda bien de relever quoi que ce soit et se contenta de l’écouter. Il n’ignorait pas l’inquiétude qu’il éprouvait pour le fait qu’il serait pourchassé par Yoruichi ou ses sbires. Etait ce de l’arrogance ou bien une toute autre chose…il ne pouvait le dire, quoi qu’li en soit son regard se fit plus dur et son cœur parfaitement serein. Il avait fait ce qui lui semblait juste. Maintenant grâce à lui la rébellion pouvait se targué d’avoir l’un de ses chefs au mieux de sa forme.


- Je serais prudent Sihaya, vous pouvez me faire confiance..

Simple et toujours aussi atone, mais assure. Hajime le contempla tourner les talons et se diriger vers le bâtiment qu’il avait quitté précédemment. Rapidement une courte tension vint titiller son être, lui rappelant le malaise passé. Mais là encore l’ancien Roku ban tai Taisho le soutira de cela en concédant à son attention qu’il pouvait contourner par le mur Est. A cela le troisième siège allait se détourner, pour rejoindre cette position quand une fois encore, celui qu’il venait de soigner vint à lui recommander d’être prudent. Hajime se stoppa un instant et démontra à demi son profil vers Byakuya en signe d’acquiescement.. Puis il disparut en shunpo ..... Sans plus un mot.

Son esprit était clair désormais et sa dette partiellement payée, car en vérité, tant qu’il vivra il se jura de toujours être le mur protecteur de son supérieur quand bien même celui-ci était bien plus fort que lui… A cela peut être devrait il accéder au bankai afin de mieux assurer cette protection. Mais il avait encore de la route à faire avant de songer pleinement à cela. Calfeutrant son reiatsu, le noble shinigami disparut pleinement des lieux...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un rapport attendu ( PV Byakuya Kuchiki)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport de bataille tant attendu
» F.R Kuchiki Byakuya
» Donne moi une bonne raison... [PV Tia Hallibel & Kuchiki Byakuya]
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Complexe Hinata :: Accueil :: Actualités-